Bienvenue dans l’Europe de la diversité culturelle
LA ZAMPA I MAGALI MILIAN ET ROMUALD LUYDLIN
en savoir +
fermer
danseArts vivantsEn famille

LA ZAMPA I MAGALI MILIAN ET ROMUALD LUYDLINDEVENIR HIBOU

REPRÉSENTATION - mômaix 2019
MARDI 17 DÉCEMBRE 2019 À 19H

SESSIONS I LA NUIT NE CACHE PAS ELLE RÉVÈLE
MERCREDI 2 ET 9 OCTOBRE 2019 DE 10H À 12H

Résidence de création septembre > décembre 2019

Pierre Soulage raconte, qu’enfant, il dessinait la neige en faisant des points noirs sur une feuille blanche...

REPRÉSENTATION | Mardi 17 décembre 2019 à 19h- mômaix 2019
4,5 € > 6 €

La nuit ne cache pas.
Dans l’obscurité, nous n’y voyons pas moins, nous y voyons autrement, plus loin.
Voir dans la nuit et devenir hibou serait comme percer une surface, la trouée révélerait alors l’espace comme matière inattendue.
Dans le conflit des sensations que la nuit offre, nous voyons la possibilité de recomposer des images : celles d’un monde qui nous échappe et nous impressionne.
Cette nuit est une explosion, elle dématérialise nos peurs et les projette au loin. Ce faisant, elle nous permet d’entrer dans un monde d’où tout semblerait pouvoir naître.
Car la nuit ne cache pas, elle révèle..

Chorégraphie : Magali Milian et Romuald Luydlin - Avec : Magali Milian, Anna Vanneau, Romuald Luydlin - Scénographie : Lucie Patarozzi - Magali Milian, Romuald Luydlin - Musique : Marc Sens - Valérie Leroux - Création lumière : Denis Rateau - Création et régie son : Valérie Leroux - Costumes et accessoires : Lucie Patarozzi, Luna Butez - Vidéo :Vincent Cape Collaboration dramaturgie : Marie Reverdy - Regard extérieur : Corine Milian - Merci à Sophie Lequenne

Coproduction Théâtre de Nîmes Scène conventionnée pour la Danse contemporaine, L’Estive scène nationale de Foix et de l’Ariège

Aide à la résidence Théâtre de Nîmes Scène conventionnée pour la Danse contemporaine, Théâtre Molière Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau, L’Estive scène nationale de Foix et de l’Ariège, 3 bis f Lieu d’Arts contemporains, Aix-en-Provence

//

SESSIONS | La nuit ne cache pas elle révèle
Mercredis 2 et 9 octobre 2019 de 10h à 12h

C’est avec cette joyeuse affirmation que nous avons traversé cette création. Qu’elle soit explosive, élastique ou invitation, cette nuit nous demande de voir plus loin, de voir autrement. Nous vous proposons de revisiter ensemble les modalités que nous avons mis en place avec les interprètes, pour créer des images et écrire le corps.
A partir d’éléments simple comme des visuels, des matières audio, etc.., glisser dans un univers nocturne, où la nuit devient alors événement.
DANSE, ÉCOUTE, MATIÈRES VISUELLES

www.lazampa.net

©Benoit Gob

ANIMA MOTRIX I EMMA GUSTAFSSON ET LAURENT HATAT
en savoir +
fermer
théâtredanseArts vivants

ANIMA MOTRIX I EMMA GUSTAFSSON ET LAURENT HATATLE CORPS UTOPIQUE

REPRÉSENTATION PUBLIQUE
Jeudi 7 mai 2020 à 15h

RÉPÉTITIONS PORTES OUVERTES
Mercredis 29 avril et 6 mai 2020 à partir de 14h

SESSIONS I LE CORPS ET L’ÉMOTION
Mardis 28 avril et 5 mai 2020 de 10h à 12h

Résidence de création avril > mai 2020

« Après tout, est-ce que le corps du danseur n’est pas justement un corps dilaté selon un espace qui lui est intérieur et extérieur à la fois ? »
Michel Foucault in Le Corps Utopique

PRÉSENTATION PUBLIQUE | Jeudi 7 mai 2020 à 15h

RÉPÉTITIONS PORTES OUVERTES | Mercredis 29 avril et 6 mai 2020 à partir de 14h

Qu’est-ce qu’une adaptation chorégraphique ?
Sur le plateau, le corps pensant et le corps dansé de l’interprète incarnent la pensée en mouvement de l’auteur. Au fil du texte de Foucault, voici le corps de l’interprète en cinq mouvements
Au commencement, la pensée de Foucault transfigure le corps en une prison pour l’esprit, le fait transparaître dans sa laideur et la menace de sa décrépitude.
Puis apparaissent alors la drôlerie du corps, son comique de situation, pour ainsi dire.
Et la virevolte de la pensée rends au corps toute sa grandeur et sa beauté effarante, la terrible force de son imaginaire créateur. Un bref instant la pensée suspend son vol, elle plane au dessus d’un conte japonais, Et enfin, la pensée généreuse de Foucault, rendant à l’humain ce qui est à l’humain, réunit corps et tout ce qui le hante en un seul lieu, en un seul sublime instant, en un seul acte incomparable : la rencontre du corps de l’autre dans l’amour charnel.

Conception et interprétation : Emma Gustafsson
Conception et direction de jeu : Laurent Hatat
Auteur : Michel Foucault
Assistant : Victor Guillemot assistant
Lumière : Cécile Giovansilli
Créateur son à distribuer

Partenaires : Klap - lieu pour la Danse Marseille, La distillerie Aubagne, Le Gymnase CRDC Roubaix

SESSIONS | Le corps et l’émotion
Mardis 28 avril et 5 mai 2020 de 10h à 12h

Aujourd’hui le corps apparaît comme un outil majeur de la transposition des émotions dans l’espace théâtral. Nous nous proposons le temps d’un atelier d’en faire le centre. Nous proposons de travailler sur des textes non-dramatiques où la sensualité et la corporéité des émotions peuvent être en mise en jeu de façon évidente. La malléabilité d’une adaptation théâtrale nous permet de laisser au plateau un plus grand espace pour les corps, qu’ils soient, à jeu égal avec le texte, porteur de l’émotion.

www.animamotrix.fr

©Valéry Théresette

KO.COM I MANON AVRAM
en savoir +
fermer
danseArts vivants

KO.COM I MANON AVRAM STEPS

PRÉSENTATION PUBLIQUE
JEUDI 2 JUILLET 2020 À 15H ET 19H

SESSIONS I IL SERAIT TEMPS QUE L’ON SE REGARDE
JEUDIS 18, 25 et MARDI 30 JUIN 2020 DE 10 H À 12 H

Résidence de création juin > juillet 2020

« Bienvenu chez vous, mais n’oubliez pas que vous êtes chez nous »

PRÉSENTATION PUBLIQUE | Jeudi 2 juillet 2020 à 15h et 19h

Pièce pour 2 danseuses et une centaine de chaussures

Début 2016, Idoméni, petite ville en Grèce à la lisière de la frontière avec la Macédoine. Tout prés, un camps a été construit autour d’une voie de chemin de fer (pour des transports de marchandises) où séjournent environs 15000 migrants, en attendant de passer pour se diriger vers l’Allemagne.
Maria Kourkouta, jeune réalisatrice et sa collaboratrice poète Niki Giannari se retrouvent presque par hasard dans ce camp, au moment où la Macédoine et d’autres pays ferment définitivement les frontières de l’Europe.
Elle filmera pendant quinze jours, ces gens bloqués, empêchés juste d’aller plus loin, alors que les trains de marchandises, eux, traverse la frontière. En réaction, certains s’installent pacifiquement sur les voies, paralysant le trafic ferroviaire.
« Des spectres hantent l’Europe » est présenté comme un documentaire, mais ces images nous révèlent bien plus que l’exposition de ce camp. En laissant parler les corps, c’est avant tout un regard poétique et politique, sur l’histoire de la migration qui nous est proposé dans ce film. Un regard sur la ténacité de ces survivants, inventeurs d’un avenir dans la plus grande pauvreté, comme l’indiquent les deux réalisatrices.
STEPS entièrement construit autour de ce documentaire, tentera de restituer ce/ces regard-s au plateau, avec seulement deux femmes et une centaine de chaussures.

Avec : Fanny Avram et Mélanie Vénino
Chorégraphie : Manon Avram
Lumière : En cours
Musique : Jérome Lapierre
Scénographie plastique : Collectif KO.com
Regard Extérieur : Maria Kourkouta
Régie générale et régie plateau : Manuel Buttner
Régie son : Loïc Lambert

SESSIONS | Il serait temps qu’on se regarde
Jeudis 18, 25 et mardi 30 juin 2020 de 10h à 12h

L’équipe du collectif KO.com propose une rencontre sur de la pièce STEPS, créée à partir du documentaire de Maria Kourkouta « Des spectres hantent L’Europe ».
Cette rencontre s’organisera autour de deux éléments de recherche menés pendant la résidence : Une exploration en groupe sur le couple déplacement – attente, directement liée au travail mis en place sur la relation du film au plateau.
Une recherche avec chacun des participants sur la place du témoignage corporel : écrire le mouvement à partir d’un souvenir lié à une émotion.
DANSE - DISCUSSION

www.collectifko.com

© Manon Avram

LES CORPS PARLANTS I MATHILDE MONFREUX
en savoir +
fermer
danseArts vivantsTRIDANSE

LES CORPS PARLANTS I MATHILDE MONFREUXCARING BANQUISE

SORTIE DE RÉSIDENCE
Samedi 18 juillet 2020 à 16h

SESSIONS | Fake therapy matinale
Les 8, 9, 10, 15, 16, 17, 20, 21 juillet 2020 de 9h à 10h

Résidence de création juillet 2020
Dans le cadre du dispositif Tridanse 2020

" Faire Banquise ce serait comme constituer une grande peau collective, ouvrir nos sens de spectateurs de manière à voir avoir la peau et avoir des visions touchantes, penser et panser, soigner, danser."

SORTIE DE RÉSIDENCE | Samedi 18 juillet 2020 à 16h

" Faire Banquise " ce serait comme constituer une grande peau collective, ouvrir nos sens de spectateurs de manière à voir avec la peau et avoir des visions touchantes, penser et panser, soigner, danser. Le projet n’a pas encore tous ses contours.
Ceux-ci s’affinent à chaque fois en fonction du contexte et de ses participants.
Au cœur du projet : une chorégraphie d’emboitements de corps et le désir de les mêler, de questionner l’intimité. De déplacer les frontières entre social, art et politique en hybridant une forme de spectacle de danse avec une sorte d’exposition
de danse qui se partage. Ce qui serait essentiel ce serait de faire expérience par le corps et le sensible de la notion de démocratie : non pas comme un espace d’harmonie, mais comme un espace où le conflit et le désaccord ne ferait pas guerre, et où la conscience des rapports de classe et de genre n’empêcherait pas une forme de rencontre. En jouant avec la notion d’emboitement, des postures de corps, réversibles. Jouer à s’emboiter : pour remplir des manques, pour faire complémentarité, pour jouer de la réversibilité des rôles, des genres et de l’étrange frontière entre objet et sujet.

Partenaires : Dispositif Tridanse (le 3bis f lieu d’arts contemporains, Le Vélo Théâtre, Le Théâtre Durance, le Citron Jaune), La Compagnie, Lieu de création / Marseille, Le CDC, les Hivernale

SESSIONS | Fake therapy matinale
Les 8, 9, 10, 15, 16, 17, 20, 21 juillet 2020 de 9h à 10h.

Une permanence chorégraphique est proposée avec deux activités en parallèle : une fake therapy matinale (traduction : fausse therapie - c’est un jeu pour se réapproprier la notion de soin) et une chorégraphie de corps à corps . L’équipe de création
sera là pour faciliter, partager, permettre la circulation. Cet atelier sera une manière d’aller vers la forme finale participative.

© Mathilde Monfreux