Montrez moi quelque chose que je n’ai jamais vu
DANIELLE BRÉ | IN PULVEREM REVERTERIS
en savoir +
fermer
théâtreArts vivants

DANIELLE BRÉ | IN PULVEREM REVERTERISLes trois soeurs

SORTIE DE RÉSIDENCE
Vendredi 30 juin à 15h

SESSION APRÈS-MIDI CHEZ LES TROIS SOEURS
LES MARDIS 21, 28 FÉVRIER, 23 MAI ET 27 JUIN
DE 14H À 17H

Résidence de création février et juin 2017

SORTIE DE RÉSIDENCE
Vendredi 30 juin à 15h

D’après Anton Tchekhov - Traduction, adaptation et mise en scène : Danielle Bré Assistanat à la Mise en scène  : Romane Pineau
Avec  : Hélène Force, Stina Soliva, Laurène Fardeau, Mathieu Cipriani - Construction et coopération à la scénographie : Christophe Shave - Création Lumières : Manon Deplaix - Création Son et régie générale : Vivien Berthaud

Que se passe-t-il si l’on plante une grande oeuvre du passé dans un terrain nouveau appartenant à une autre époque, en l¹occurrence le contexte de création d¹aujourd¹hui ? Elle germe à nouveau car bien qu’accomplie et relevant d¹un autre temps, elle a gardé sa capacité de germination.
La proposition est faite aux spectateurs de jouer aux Trois Sœurs de Tchékhov avec les quatre acteurs et le musicien présents sur le plateau. Nous traversons cela comme une aventure au présent. Il s’agit d’éprouver les contradictions et les niveaux multiples de cette pièce, de la mettre en travail, et de nous mettre au travail avec elle. Irina, Macha et Olga sont trois personnages du théâtre sublimes et touchants mais aussi trois
femmes aveuglées et aliénées. Une fable russe évoquant une morosité datée mais qui, à bien des égards, ressemble à celle que nous traversons aujourd’hui. C¹est aussi une envie de futur qui n¹arrive pas à rompre avec le passé et la nostalgie, une belle histoire pleine de sensibilité et d¹empathie mais également la peinture cruelle et burlesque des impasses d’une société.

Partenaires : Théâtre du Bois de l’Aune, Aix en Provence - 3 bis f -
Théâtre Antoine Vitez, Aix en Provence - Forum Jacques Prévert, Carros - Théâtre Comoedia, Aubagne - Théâtre Joliette-Minoterie, Marseille

SESSION Après-midis chez les trois sœurs
Les mardis 21 et 28 février, 23 mai et 27 juin de 14h à 17h
Construire ensemble une auréole au travail de création mené par la compagnie en sollicitant l’expression des participants, en particulier sur les rapports de l’univers tchékhovien avec l’air du temps d’aujourd’hui : proposition d’improvisations, consignes d’écriture, traversée de processus de collaboration avec les actrices, expérimentation des poèmes de Michel Houellebecq.

La première séance sera consacrée au visionnage d’un film sur les Trois Sœurs réalisé en 1974 par Jean Prat. Dans un second temps, l’équipe artistique du projet nous propose d’opérer une collecte d’expressions autour des thèmes présents dans la pièce de Tchekhov. Partant de questions ouvertes : Quel est notre rêve de futur ? Quels sont nos poésies ou textes fétiches ? Dérives autour des personnages…

Visuel ©Tchekhov, 1898, by Osip Braz

GAËTAN BULOURDE
en savoir +
fermer
dansePerformanceArts vivantsPOÉSIE

GAËTAN BULOURDEDANS LA PROFONDEUR DU CHAMP

SESSION Dans la profondeur du champ #1
Mardi 4, mercredi 5 et vendredi 7 avril de 10h à 12h et de 14h à 16h

SESSION Dans la profondeur du champ #2
Mardi 30, mercredi 31 mai et vendredi 2 juin de 10h à 12h et de 14h à 16h

Résidence de création - avril > juin 2017

Projet accompagné par le dispositif Tridanse
Parcours Régional d’accueil en résidence de compagnie(s) chorégraphique(s) - 2017

La notion de profondeur de champ, empruntée à la photographie et au cinéma est ici à l’origine d’une expérimentation qui met en jeu les outils performatifs du corps, de la voix et de l’installation. Avec ce projet, Gaëtan Bulourde développe une écriture chorégraphique construite pour l’espace extérieur - explorant le lointain - qu’il confronte à des textes écrits dans une langue brute et physique proche de celle d’Harrower ou de poètes sonores comme Christophe Tarkos et Julien Blaine. Ces écritures s’enrichissent de recherches traversant la question du paysage dans une histoire de la danse, du land art, de la performance, des sciences humaines... La notion de profondeur de champ questionne, de façon littérale, la place du public. De quel endroit regarde-t- il ? Qu’entend-t-il ? Vers quoi son regard est-il orienté ?

Avec Valérie Castan, Pauline Brun, Jean Baptiste Veyret Logerias, Ondine Cloez

SESSION Dans la profondeur du champ #1
Mardi 4, mercredi 5 et vendredi 7 avril de 10h à 12h et de 14h à 16h
Un premier atelier de poésie sonore où sont explorées, à travers l’écoute, l’écriture et la lecture, la sonorité des mots, leur gouleyance, leur suavité. Jouant des répétitions, de l’écriture automatique, des cadavres exquis et autres outils suréalistico-dadaistico- n’importequoi, nous convoquons la mémoire que peut déposer en chacun de nous un lieu, un texte, une image, un paysage et nous explorons l’environnement qui nous entoure à l’aide de tous nos sens : Nous entendons, voyons, sentons, goûtons, ressentons, percevons, écrivons, parlons, transcrivons. Puis nos voix font vibrer ces mots dans le jardin, là, au fond... une mise en bouche soit sur une branche, soit sur un mur, sur nos deux jambes, ou sur un pied, allongés ou bien cachés, la tête projetée dans les étoiles ou étalée dans les pâquerettes...

SESSION Dans la profondeur du champ #2
Mardi 30, mercredi 31 mai et vendredi 2 juin de 10h à 12h et de 14h à 16h
Pour ce second volet de la résidence, il s’agit d’un atelier corps et voix en extérieur où nous nous concentrons sur la nature, la faune et la flore environnante ou imaginaire... Après une préparation physique très abordable ne réclamant pas de prédispositions particulières (pas de grands écarts, salti arrières ou autres entrechats et chien tête en bas) nous tentons de devenir paysage, arbre ou champignon, moustique ou léopard, de nous fondre ou d’apparaître dans l’espace. Nous abordons également les différentes manières de communiquer à courte ou longue distance avec la voix et/ou le corps...crier, chuchoter, haranguer, se taire, gesticuler, marmonner, héler, esquisser, gazouiller, faire des ronds, apostropher, susurrer, échanger...

Partenaires Le Théâtre Durance, Scène conventionnée à Château Arnoux - Le Citron Jaune, Centre National des Arts de Rue à Port-st-Louis du Rhône - Le 3 bis f, lieu d’arts contemporains à Aix-en-Provence - Le Vélo Théâtre - Pôle régional de développement culturel à Apt (Dispositif Tridanse 2017) - WBI (Wallonie Bruxelles International ).

Photographie © Nicolas Provost

CFMI
en savoir +
fermer
musiqueArts vivants

CFMIPUISQUE LES ESPACES

REPRÉSENTATIONS
Vendredi 16 juin à 14h et 19h30

REPRÉSENTATIONS
Vendredi 16 juin à 14h et 19h30
A partir de 8 ans
Entrée libre

Guitare : Mourad Aachour, Mattéo Ferrari, Éric Lepoitevin - Saxophone : Julien Bellec - Violoncelle : Julie Eychenne - Galoubet/tambourin : Camille Guippe - Piano : Idit Gezi - Violon : Isabelle Lorenzino - Contrebasse  : kim Parola - Trompette : Colombine Trouslard

Accompagnés par le compositeur Jean-Christophe Feldhandler, les musiciens achevant leur cursus au CFMI* composent collectivement un spectacle musical au croisement d’autres langages - poésie, théâtre - qui traverse une perception sensible de l’actualité du monde. « Confrontés depuis plusieurs années maintenant à la tragédie des réfugiés fuyant leurs pays en guerre, il s’agit ici d’ébaucher un dialogue imaginaire, un possible lien d’eux à nous. De là où nous nous situons les uns et les autres, par la musique sous ses formes diverses, nous rendons compte des déplacements d’espaces, des rencontres possibles, des solitudes et des espoirs. En chansons, en musique, en paroles. » J-C Feldhandler

* Le CFMI, Centre de formation rattaché à Aix-Marseille Université, forme des musiciens intervenants à la conduite et à l’élaboration de projets dans le champ de l’éducation musicale avec divers professionnels de l’enfance.

Visuel © Julie Eychenne