Et maintenant donnez moi du sens
NOUVEAUX REGARDS
en savoir +
fermer
arts visuelsPerformanceCuisine

NOUVEAUX REGARDSCLAIRE CAMOUS – MAXIME CHEVALLIER – ARINA ESSIPOWITSCH PUEYO – MAUREEN QUINK – HUNA RUEL – LUCILLE TOURNUT

Cette résidence est organisée en partenariat avec l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence et dans le cadre de Nouveaux Regards, un rendez-vous annuel initié en 2010 par l’Office de Tourisme d’Aix-en-Provence. Pour cette 5ème édition, Nouveaux Regards propose entre septembre et décembre 2014, expositions et résidence de 6 jeunes diplômés de l’Ecole Supérieure d’Art d’Aix dans trois lieux emblématiques de la ville, l’Atelier de Cézanne, le Pavillon Vendôme et le 3 bis f. Un catalogue est publié à cette occasion.

Résidence Nouveaux Regards
septembre - octobre 2014

ATELIER L’invitation
Les mercredis 17 et 24 septembre de 10h à 12h
Mercredi 1er octobre de 10h à 12h, et mercredi 8 octobre de 10h à 15h


Ou comment proposer ensemble une série de rencontres ? Se retrouver autour d’une table comme nous l’avons
 déjà fait avec d’autres et échanger autour d’un repas. Se réunir, apprendre à se connaître via un partage et discuter toujours de ce qui nous anime et nous amène ici. Se raconter, 
à chaque fois, pas toujours ; des humeurs qui nous traversent, des idées et des histoires.
 Imaginer alors ce que cette invitation et rencontre peut apporter à la construction d’un événement. Et quel événement ? Sur l’idée d’un banquet, d’un buffet
ou peut-être d’une grande tablée ; développer une série d’ateliers autour d’une table, notre table, celle de l’invitation. Entreprendre alors de monter cette table ensemble et d’étaler nos expériences sur sa surface. Se souvenir de toutes ces tables et repas d’avant et se proposer quelque chose qui nous ressemble.
Il nous faut trouver un menu, chercher des produits, organiser des séances de cuisine, fabriquer la vaisselle, choisir un jour, travailler sur cette question de la rencontre, de l’autre ou de l’intime. Car c’est souvent autour d’une table que les conversations avancent et que disparaissent les non-dits. Comment composer notre alimentation avec les moyens à notre échelle ? Comment se réunir et faire avancer nos échanges ? S’inviter vers l’autre et accomplir toutes ces idées que nous n’avons pas encore eues, ensemble. Pour le plaisir bien sûr, de l’envie de se parler, de se côtoyer, de se restaurer ensemble, d’apprendre de l’autre. Croiser nos rythmes de vie et nos manières de faire le temps d’une invitation.

Cette résidence est organisée en partenariat avec l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence et dans le cadre de Nouveaux Regards, un rendez-vous annuel initié en 2010 par l’Office de Tourisme d’Aix-en-Provence. Pour cette 5ème édition, Nouveaux Regards propose entre septembre et décembre 2014, expositions et résidence de 6 jeunes diplômés de l’école supérieure d’art d’Aix dans trois lieux emblématiques de la ville, l’Atelier de Cézanne, le Pavillon de Vendôme et le 3 bis f. Un catalogue est publié à cette occasion.

CIE DÉCALÉ KONÉ
en savoir +
fermer
danse

CIE DÉCALÉ KONÉBALANCE

Résidence de recherche – septembre 2014

RÉPÉTITION PUBLIQUE
Jeudi 25 septembre à 15h et vendredi 26 septembre à 19h

ATELIER De la pratique de la danse à la joie de danser ensemble
Mercredi 17 septembre de 14h à 16h

Résidence de recherche – septembre 2014

RÉPÉTITION PUBLIQUE
Jeudi 25 septembre à 15h et vendredi 26 septembre à 19h
(entrée libre)
Chorégraphie : Ibrahima Koné - Régie plateau et lumière : Céline Galin - Création musicale : Éric Lemaire

Balance est étranger ; à la fois Américain, Européen, Asiatique et Africain. Parti de quelque part pour un ailleurs meilleur, il hésite entre rester dans cet ailleurs ou retourner au bercail. Ibrahima retrace le parcours d’un immigrant démuni embarquant in extremis dans un avion et les surprises qui l’attendent à l’atterrissage.

Artiste danseur, chorégraphe et metteur en scène d’origine ivoirienne, Ibrahima Koné n’hésite pas, pour son premier projet de création, à brouiller les pistes et à mélanger les styles : Body-rythm, gumboots, contemporain, hip-hop, rock’n’roll… Il y a du bon dans tous les genres pour lui. Il aime bousculer les codes et développe avec la même énergie et le même engagement citoyen sa démarche de transmission et de création.

ATELIER De la pratique de la danse à la joie de danser ensemble
Mercredi 17 septembre de 14h à 16h

Harmonie de son corps avec ceux des autres, l’esprit de groupe et du partage des énergies positives. Ibrahima accorde une priorité à la connaissance du corps pour une bonne pratique du mouvement dansé. Par une attention portée à l’autonomie et la dynamique de groupe, il parvient à construire l’homogénéité créant ainsi l’équilibre entre les danseurs, le mouvement et le rythme musical.

GUILLAUME LOISEAU
en savoir +
fermer
arts visuels

GUILLAUME LOISEAUCINÉMA QUELQUE CHOSE

Résidence de recherche

septembre - décembre 2014

ATELIER Cinéma quelque chose
Les mardis de 10h à 12h et mercredis de 14h à 16h
16, 30 septembre - 1er, 14,15, 28, 29 octobre - 4, 5, 25, 26 novembre - 2, 3 décembre
Rencontre et présentation de l’atelier mercredi 10 septembre de 14h à 16h

Résidence de recherche

septembre - décembre 2014
VIDÉO

Guillaume Loiseau ne s’intéresse à rien ; le même « rien » évoqué par John Cage 1950 dans Lecture on nothing, ou encore bien encore celui de son atelier « presque rien » conduit entre septembre 2013 et juillet 2014 au 3 bis f. Pour sa nouvelle résidence de recherche, il passe du rien à quelque chose. C’est là, devant notre nez, bien présent mais pourtant nous n’y prêtons plus attention. Il s’attache à rendre singulier ce qui est multiple ; use de l’habitude comme outil de prédiction. De ces modèles, il anticipe le moment opportun pour s’immiscer, introduire un décalage, proposer un contre-scénario... discret.
Discret, Guillaume Loiseau s’intéresse aux choses qui s’effacent et disparaissent. À l’image de ce fil tendu qui n’apparait que lorsque les personnages du film l’enjambent (Trafic, Jacques Tati, 1971), ces choses existent mais ne se voient pas. Elles sont. C’est ce qui fait leurs forces.

ATELIER Cinéma quelque chose
Les mardis de 10h à 12h et mercredis de 14h à 16h
16, 30 septembre - 1er, 14,15, 28, 29 octobre - 4, 5, 25, 26 novembre - 2, 3 décembre
Rencontre et présentation de l’atelier mercredi 10 septembre de 14h à 16h

Imaginer. Imaginer tout l’Hôpital Montperrin comme un vaste décor de cinéma. Pour chaque séance de prise de vue choisir un lieu et y filmer une micro-fiction. Voir comment à l’aide d’une caméra et un peu d’éclairage, nous remodelons l’espace qui nous est donné en scénettes décalées.

STÉPHANE PROTIC
en savoir +
fermer
arts visuels

STÉPHANE PROTICVARIATIO

Résidence de création
- octobre/décembre 2014

EXPOSITION
Du jeudi 18 décembre 2014 au mercredi 18 février 2015
- du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous 
- Entrée libre

Vernissage mercredi 17 décembre à 18h30

Finissage mercredi 18 février à 18h30

ATELIER Oscillations

Jeudis 6, 13, 20, 27 novembre et 4 décembre de 14h à 16h
Rencontre et présentation de l’atelier jeudi 30 octobre de 10h30 à 12h

Résidence de création
- octobre/décembre 2014

EXPOSITION
Du jeudi 18 décembre 2014 au mercredi 18 février 2015
- du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous 
- Entrée libre

Vernissage mercredi 17 décembre à 18h30

Finissage mercredi 18 février à 18h30

Au sein d’un espace qui porte par traces son passé, Stéphane Protic oriente ses recherches pour sa résidence de création pour le lieu autour de la notion de module architectural. Se rapprocher des préceptes du rationalisme architectural des années 1920 et notamment de l’œuvre d’Absalon ou de Le Corbusier, et voir dans les vestiges d’anciennes cellules de contention, aujourd’hui espaces de monstration, des unités d’habitation à l’échelle du corps humain. Le minimalisme d’Absalon et sa démarche réflexive autour de la cellule comme espace minimum pour vivre, constitue l’une des premières entrées du projet d’exposition Variatio.
Travailler au corps le bâti, depuis l’esquisse à la main sur le papier jusqu’à l’édification ; depuis une conception architecturale jusqu’à une expérience sculpturale, minimale, et performative ; interroger les relations étroites entre corps et habitat ; jusqu’à insuffler une respiration au cœur de cette quasi architecture.

ATELIER Oscillations

Jeudis 6, 13, 20, 27 novembre et 4 décembre de 14h à 16h
Rencontre et présentation de l’atelier jeudi 30 octobre de 10h30 à 12h

Qu’il s’agisse de dessin, de sculpture ou d’installation, il est chaque fois question d’espace – de projection – et de surfaces – de représentation – dans le travail de l’artiste. Extraire, isoler et abstraire les objets ou les corps du visible consiste à les mettre en scène et en jeu, mais aussi en « vue », dans ce qu’ils exposent en voilant et ce qu’ils dissimulent en divulguant.
L’atelier Oscillations propose de créer, à partir d’objets usuels et de fragments d’espaces, en relation au corps, des moulages par thermoformage ; préliminaires à une séance de prises de vue à l’intérieur d’un gonflable spécifique, afin de capter, par un travail d’ombres et de lumières, le jeu des figures au sein de l’architecture.

DÉTACHEMENT INTERNATIONAL DU MUERTO COCO
en savoir +
fermer
théâtre

DÉTACHEMENT INTERNATIONAL DU MUERTO COCOET SI VOUS Y CROYEZ ASSEZ, PEUT-ÊTRE IL Y AURA UN PONEY

CRÉATION
Mercredi 12 novembre à 15h et à 19h
Répétition publique le jeudi 30 octobre à 14h (entrée libre)

ATELIER Magie rapprochée / close-up
Lundi 3 novembre de 10 à 12h et de 14h à 16h

CRÉATION
Mercredi 12 novembre à 15h et à 19h
Répétition publique le jeudi 30 octobre à 14h (entrée libre)

Auteur et interprète : Raphaëlle Bouvier 
- Musicien au clavier et interprète : Roman Gigoi - Regard extérieur et mise en scène : Maxime Potard 
- Création lumière : Laurent Coulais - Création effets magiques et animation d’atelier : Arthur Chavaudret - Scénographie et construction décor : Claire Jouët

La magie c’est la magie la vraie, la fausse, la pailletée, la foireuse et toutes les autres celle qui nous concerne tous et qui n’est qu’un prétexte pour parler du reste.
C’est une traversée sonore, c’est l’ouverture d’un espace, c’est des voix de magiciens parlant de leur magie, de la magie, c’est la magie. C’est peut-être un conte slamé, c’est certainement un piano qui part du jazz et qui va à la découverte d’un son électro-synthétique, c’est évidemment de la vraie magie magique, alors qu’il n’y a pas de vrai magicien, c’est la magie. C’est une investigation documentaire et poétique sur une discipline à l’image désuète et limitée, c’est la volonté de dire que non, tout ça ne l’est pas, ni désuet, ni limité, c’est la magie.
A l’origine de ce projet, il y a l’intérêt de Raphaëlle Bouvier pour le monde de la magie.
Il y a aussi une complicité avec le musicien Roman Gigoi, et très vite le partenariat nait autour du thème.
L’écriture, la composition et le partitionnage s’enrichissent et sont présentés de juillet 2012 à septembre 2013.
En février 2013, Raphaëlle commence une formation professionnelle de magie nouvelle au CNAC de Châlons-en-Champagne avec Raphaël Navarro (Compagnie 14:20).
En Novembre 2013, sous le regard de Maxime Potard, la forme entame sa finalisation et est présentée lors d’une résidence au CIAM d’Aix-en-Provence.

ATELIER Magie rapprochée / close-up
Lundi 3 novembre de 10 à 12h et de 14h à 16h
Avec Raphaël Bouvier, Maxime Potard accompagné d’Arthur Chavaudret

Arthur Chavaudret est magicien. Il propose un atelier de close-up. Cette pratique de la magie permet de produire des effets qui semblent improvisés dans un espace très proche du public, utilisant des objets du quotidien (pièce, stylo, papier, cartes à jouer...). Le but est de s’initier à la magie, aux techniques, principes (mathématiques, physiques, psychologiques) qu’elle peut employer, ainsi qu’à une partie de son histoire et par là, apercevoir l’univers d’un magicien, athlète parfois, exigeant souvent, fantasque sûrement et passionné assurément.

LES MATINS DU SAMEDI
en savoir +
fermer
Réflexion sans gravité

LES MATINS DU SAMEDI

Les samedis 7 mars, 18 avril et 6 juin 2015 de 10h à 13h

Les samedis 7 mars, 18 avril et 6 juin 2015 de 10h à 13h

Un rendez-vous le samedi matin de 10h à 13h toutes les 6 semaines pour ensemble débattre, converser, controverser et traverser de façon ludique les graves questions d’art, de psychiatrie et de citoyenneté. Une réflexion sans gravité mais pas en apesanteur.
Entrée libre et bienvenue sur inscription

ÉMILIE SCHALCK
en savoir +
fermer
arts visuels

ÉMILIE SCHALCKOUTSIDE - NIGHT / A PARC / GHOST LIGHT

Résidence de recherche
- septembre 2014/juillet 2015

VOLUME – SCÉNOGRAPHIE - VIDÉO – PERFORMANCE

ATELIER outside - night/a parc/ghost light

Les mardis de 10h à 12h et mercredis de 14h à 16h
24, 25, 31 mars – 1 avril – 5, 6, 12, 13, 19, 20 mai – 9, 10, 16, 17 juin

Résidence de recherche
- septembre 2014/juillet 2015

VOLUME – SCÉNOGRAPHIE - VIDÉO – PERFORMANCE

Emilie Schalck écrit et réalise des films mélangeant des techniques et des artifices du cinéma ainsi que des images issues de l’histoire des arts.
Ses recherches actuelles s’inspirent des désastres contemporains, de la déconstruction narrative, French Theory et Cultural Studies, de l’histoire du cinéma et de l’image, de la fête, de l’ironie. Elle travaille à un ensemble de pièces qui se réfèrent et se construisent comme les composantes d’une histoire, d’un scénario déployé dans un espace et se révélant au détours d’un parcours.

ATELIER outside - night/a parc/ghost light

Les mardis de 10h à 12h et mercredis de 14h à 16h
24, 25, 31 mars – 1 avril – 5, 6, 12, 13, 19, 20 mai – 9, 10, 16, 17 juin

Produire des fétiches, objets transitionnels ou équivalents utilisés pour des cérémonies, des rituels, des fêtes ou des offrandes. Créer une action ou un agencement, potentiellement narratif, pour ces outils magiques dans des scénographies/scénario simples. Les inscrire dans un univers fantasmagorique et absurde, étrange et inquiétant. Réinvestir les signes de la culture populaire, des attributs cinématographiques d’un certain hollywood décati, entre le rire et l’absurde.
L’atelier outside - night/a parc/ghost light vise à réfléchir sur ce que sont les traditions festives de type carnaval, fête des morts, fête vaudou, fête populaire et par extension,
le bal et les parcs d’attraction ou l’éloge d’autres espaces-temps de transgression contrôlée.

© Emilie Schalck

L’AUTRE COMPAGNIE
en savoir +
fermer
théâtre

L’AUTRE COMPAGNIELES AVENTURES DE PINOCCHIO

D’après Carlo Collodi – à partir de 8 ans
Dans le cadre du temps fort Momaix 2014
CRÉATION
Samedi 29 novembre 2014 à 15h et 19h

ATELIER L’imaginaire et la transformation dans l’histoire de Pinocchio : dessin, corps, objets et récit.
Jeudis 2, 9 et 16 octobre de 10h à 12h

D’après Carlo Collodi – à partir de 8 ans
Dans le cadre du temps fort Momaix 2014
Résidence de création

CRÉATION
Samedi 29 novembre 2014 à 15h et 19h

Avec Stéphane Bault, Youna Noiret, Gilbert Traïna et Laëtitia Vitteau
Mise en scène : Frédéric Garbe - Collaboration artistique : Vanessa Moskovosky – Scénographie et régie générale : Mathieu L’Haridon - Création sonore : Stéphane Chapoutot – Illustration : Jérémie Dramard - Facteur de marionnettes : Stéphane Bault - Costumes : Sophie Autran

Walt Disney, Comencini, Mattotti, Benini, Winshluss, et bien d’autres se sont déjà intéressés aux aventures de Pinocchio. On ne compte plus les relectures, les adaptations et réécritures de cette histoire au théâtre, au cinéma, dans la bande dessinée et dans la littérature. 
Le mythe de Pinocchio appartient à l’imaginaire collectif au même titre que les contes de Grimm, d’Andersen ou de Perrault. Ici, la forme de ce spectacle s’inspire du modèle que l’on appelle communément : la Bande-dessinée. Ses techniques de récits, d’ellipses, ses règles de découpage rythmique et la liberté qu’elle donne à l’imagination sont utilisées pour la construction du spectacle. Pour cela, la compagnie utilise les techniques du 
jeu d’acteur, celles de l’animation d’objets, des projections vidéo et du travail sonore par l’amplification et la déformation de la voix afin de définir plusieurs espaces, à différentes échelles, mêlant le très petit et le très grand.
On trouve dans cette histoire une multitude de thèmes : le conte initiatique bien sûr, le rapport au père et à la mère, l’absence, le rapport à l’autorité, la mort. On y trouve également souvent la monstruosité et la transformation, et plus positivement la quête de liberté, d’émancipation et de découverte de soi.

Coproductions Aggloscènes
 (Théâtre de Saint-Raphaël),
 3 bis f, le C.N.C.D.C de Châteauvallon (dans le cadre d’une résidence de création) et Théâtres en Dracénie. Avec l’aide de l’Espace Comédia et du Théâtre du Rocher. Avec le soutien de la Ville de Toulon, 
du Conseil Général du Var,
 du FIJAD, de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
et de la D.R.A.C Provence-Alpes-Côte d’Azur.

ATELIER L’imaginaire et la transformation dans l’histoire de Pinocchio : dessin, corps, objets et récit.
Jeudis 2, 9 et 16 octobre de 10h à 12h
L’équipe de création du spectacle, acteurs, metteur en scène, scénographe, illustrateur, marionnettiste et vidéaste, invitent les participants, pour un moment collectif, à inventer avec eux et autour de l’histoire de Collodi, une séquence mettant en jeu l’espace, la parole, le corps, l’objet, l’animation, ou tout à la fois, autour de la thématique de la transformation.

THÉÂTRE DE L’ENTROUVERT
en savoir +
fermer
théâtreMarionnettes

THÉÂTRE DE L’ENTROUVERTANYWHERE

Solo pour marionnette de glace et matières animées
PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mardi 13 janvier à 15h (entrée libre)

ATELIER Corps manipulé/corps animé
Lundi 1er décembre de 14h à 16h

ATELIER Comment construire une marionnette en glace ?
Visite de l’atelier et retours sur la répétition
Mercredi 14 janvier de 10h à 12h

Solo pour marionnette de glace et matières animées
Résidence de recherche

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mardi 13 janvier à 15h (entrée libre)

Jeu, conception : Elise Vigneron - Texte : Henry Bauchau - Assistante à la mise en scène, construction marionnettes : Hélène Barreau - Dramaturgie : Benoît Vreux - Regard extérieur : Uta Gebert - Régie plateau, construction : Messaoud Fehrat - Collaboration Plastique : Arnaud Louski-Pane - Travail sur le mouvement : Eleonora Gimenez

Nous évoluons dans une société où la réalité se vide de son sens, l’espace et le temps de leur substance, l’individu de son existence. Dans ce monde lissé des apparences, quelle place pour tout ce qui ne participe pas à la toute puissance : ceux qui chutent, ceux qui cherchent et se perdent ?
Anywhere est une errance sur les pas d’Oedipe sur la route d’Henry Bauchau, un poème visuel qui convie le spectateur à vivre au travers des différents états de l’élément Eau, la métamorphose intérieure d’un personnage mythique.
Oedipe, marionnette de glace (état solide) se transforme peu à peu en eau (état liquide) pour disparaître à l’état de brume (état gazeux). Sa fille, Antigone, l’accompagne, le soutient et assiste, confiante, à sa disparition. Dans cette réalité instable, où, d’un instant à l’autre, tout est prêt à se rompre, nous faisons corps avec la matière, nous éprouvons la sensation de l’abandon et de la métamorphose, nous marchons sur ce chemin où les hommes se perdent et l’être se dévoile (Heidegger).

La compagnie du Théâtre de l’Entrouvert conçoit ses spectacles avant tout comme des expériences sensibles où la transformation des matériaux éphémères, l’animation des corps, des objets, des images, la présence des vibrations sonores convoquent physiquement le spectateur.

Coproduit par L’Auditorium Jean Moulin - Arts Vivants en Vaucluse au Thor (84), le 3 bis f (Aix-en-Provence), TJP , CND d’Alsace, Espace Jéliote, Théâtre Paul Eluard à Choisy Leroi, Fabrique de Théâtre
© photographie Vincent Beaume

ATELIER Corps manipulé/corps animé
Lundi 1er décembre de 14h à 16h
Par une approche sensible, la compagnie nous invite à entrer dans une promenade en aveugle dans la ville, accompagné par un guide. Notre corps manipulé redevient alors une matière perméable au toucher, aux sons, aux variations de lumière et de température. Cette plongée dans le monde des sensations, nous conduit ensuite au sein du 3 bis f pour un travail de mise en contact de nos corps en mouvement.
Expérimenter ensemble les différents états physiques de notre corps/matière, son poids, ses appuis, ses articulations pour nous approcher de notre « corps/marionnette ».

ATELIER Comment construire une marionnette en glace ?
Visite de l’atelier et retours sur la répétition

Mercredi 14 janvier de 10h à 12h
Depuis le spectacle Impermanence, Elise Vigneron mène une recherche sur les états de matière, et plus particulièrement sur la glace. Pour Anywhere, une marionnette de glace se transforme peu en peu en vapeur pour disparaître dans la brûme. Elise nous ouvre les portes de son atelier de fabrication.

MAGNIFICAT
en savoir +
fermer
théâtremusique

MAGNIFICATMARTA GÖRNICKA / CHÖR KOBIET

vendredi 16 janvier 2015 à 20h30
Au théâtre du Bois de l’Aune
Entrée libre sur réservation.

Vendredi 16 janvier à 20h30. Au Bois de l’Aune – Aix-en-Provence
A l’occasion du festival Parallèle 5 de KOMM’N’ACT et de la venue en France de Marta Görnicka, trois théâtres aixois - le Bois de l’Aune, le Théâtre Antoine Vitez et le 3 bis f - impulsent une collaboration partenariale et allient leur force pour la représentation du 16 janvier.

La Compagnie Chœur de Femmes dirigée par Marta Górnicka est composée de vingt-cinq femmes qui chantent a capella. Magnificat est une déclaration à la femme dans le système clérical, dépourvue de mots sacrés ou profanes. Elles se tiennent debout, face au public, chantent, chuchotent, hurlent et récitent un mélange de textes (Sophocle, hymnes à Marie), des extraits d’articles de presse, des recettes de cuisine… La pièce a l’apparence d’un « post-opéra » qui donne lieu à un Magnificat polyphonique, inspiré de la culture pop.

Marta Górnicka, chanteuse et metteur en scène, s’est formée à l’Académie de théâtre de Varsovie et au conservatoire Frédéric Chopin. Outre de nombreuses collaborations avec des metteurs en scène polonais ou étrangers comme Robert Wilson, Marta Górnicka a enregistré un disque de chansons d’Astor Piazzolla et animé des ateliers de chant à travers l’Europe.

Entrée libre sur réservation obligatoire au 04 42 16 17 75
Zbigniew Raszewski Theatre Institute, Pologne


Deux autres dates, dans le cadre du Festival Parallèle :

Mercredi 14 janvier 20H30 > LE MERLAN - Marseille
Jeudi 15 janvier 20H30 > THÉÂTRE DES SALINS - Martigues

+ infos | Festival Parallèle #5
www.komm-n-act.com

LA ZOUZE / CIE CHRISTOPHE HALEB
en savoir +
fermer
danse

LA ZOUZE / CIE CHRISTOPHE HALEBCOMMUNEXTASE

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL | Vendredi 03 Avril à 15h (entrée libre)

ATELIERS Ne faites pas d’histoire
Mardis 20 et 27 - Jeudis 22 et 29 janvier de 10h à 11h30
Puis les mardis 24 et 31 et jeudi 26 mars de 10h à 11h30

Résidence de recherche

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Vendredi 3 avril à 15h
(entrée libre sur réservation)

Conception et Chorégraphie : Christophe Haleb
Avec les collaborateurs et interprètes : Caroline Breton, comédienne, Alejandro Flores, Olivier Muller et Gilles Viandier, danseurs.Musique : Benoist Bouvot. Scénographie : Christophe Haleb. Image : Alain Trompette. Réalisation film : Christophe Haleb. Montage : Bénédicte Cazauran . Régie générale, image, son et construction : Yann Hereng

Avec cette pièce pour plateau, nous choisissons de travailler en mode intuitif et spontané pour être directement touché et aller chercher l’émotion. Le commun s’entend ici comme quelque chose de l’ordinaire qui n’est pas un humanisme mais qui nous tient ensemble, nous assemble. La figure de l’extase y est un moyen de chercher l’abandon du corps à toute sa vulnérabilité. Cela implique surtout l’acceptation de perdre toute autorité sur lui. De chercher une extrémité, une danse à l’endroit du seuil pour faire glisser les figures, les silhouettes, le baroque dans le récit fantastique.

Dans cette histoire sont invités nos animalités collectives, nos déboires, nos désillusions, nos insurgences et nos fleurs en pagaille. On y enterre la planète, il y a de la perte, de l’invention, du politique qui nous réunit dans une célébration du deuil. Les quatre protagonistes de la pièce réorganisent une micro communauté, une fête funèbre, un rite, une naissance. Non sans une certaine ironie sur la situation, ce groupe de jeune gens qui, dans leur recherche sexuelle, semblent peut-être se préoccuper davantage de leurs jouissances que de leur petit pays en devenir fasciste, tentent de dresser un tableau lucide et farcesque face au stade terminal de la civilisation. Quelque chose d’un extatisme inimaginable est en train d’arriver, une dépossession qui nous sépare et nous fait nous embrasser dans le monde sans dessus-dessous.

Coproductions : Uzès Danse, Centre de Développement Chorégraphique, Le 3 Bis f, lieu d’arts contemporains d’Aix-en-Provence, Le Pôle Arts de la Scène - Friche La Belle de Mai, Le Ballet du Nord - Olivier Dubois / Centre National Chorégraphique de Roubaix Nord Pas de Calais, Le Centre Chorégraphique National de Rillieux-La-Pape / direction Yuval Pick, Accueil en résidence à la Condition Publique de Roubaix

ATELIER Ne faites pas d’histoire
Mardis 20 et 27 - Jeudis 22 et 29 janvier de 10h à 11h30
Puis les mardis 24 et 31 et jeudi 26 mars de 10h à 11h30

Conjugué à la première personne du pluriel, l’atelier « Ne faites pas d’histoire » nous demande de désobéir à cette injonction et d’inventer en réponse une multitude d’histoires, de pistes, de points sur la carte.
Le mot d’ordre pourrait être le suivant : Tout ira bien, suivez le courant nous contrôlons la situation, nous avons un plan de redressement pour manager votre confort, garantir votre sécurité, votre liberté, votre salut.
Nous cherchons à nommer un ensemble d’aventures individuelles et/ou collectives que nous avons pu expérimenter ou rêver peut-être dans nos vies. Un espace poétique et politique pour livrer nos espérances, nos enthousiasmes et colères.

LA ZOUZE – Cie Christophe Haleb est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur. Et la ville de Marseille. La compagnie est également subventionnée par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Conseil général des Bouches-du-Rhône.

Site de la compagnie

visuel © Alain Trompette

CLÉMENTINE CARSBERG
en savoir +
fermer
arts visuels

CLÉMENTINE CARSBERGLIEU COMMUN

Résidence de recherche

janvier - décembre 2015
VOLUME – INSTALLATION - COLLAGE

ATELIER Lieu commun
De 14h à 16h les jeudis 29 janvier, 5, 12, 19 février
De10h à12h les jeudis12,19, 26 mars-2,9,16, 23 avril-7,21,28 mai 4, 11, 18, 25 juin

Résidence de recherche

janvier - décembre 2015
VOLUME – INSTALLATION - COLLAGE

Souvent sculpture, grandeur nature, figurative, en briques, en carton, papiers peints, Clémentine Carsberg développe un travail de construction sur le terrain d’accueil. Les points communs aux réalisations se révèlent être en orbite autour d’une détermination à rendre accessible et à traiter de la modestie. Le sourire est visé, au travers de l’ironie et de l’intention de faire attention à l’alentour.

ATELIER Lieu commun
De 14h à 16h les jeudis 29 janvier, 5, 12, 19 février
De 10h à12h les jeudis12,19, 26 mars-2,9,16,23 avril-7,21,28 mai 4, 11, 18, 25 juin

L’atelier Lieu commun propose de questionner nos lieux quotidiens, nos manières d’y être et ce que nous pouvons en faire. Observer ensemble nos agencements intérieurs, ce que nous y mettons pour les embellir à nos yeux, et chercher ce qui nous met en situation de confort. Discuter de ce qui est confort pour les uns les autres, et essayer de découvrir ce qui rend un espace agréable en termes abstraits, sensibles ou plus concrets (formes et couleurs). Chercher, par l’échange de nos impressions et la manipulation des matériaux, ce qui nous plait de sentir et ce que nous ne nous lassons pas de voir. Comprendre comment chacun peut modifier son alentour tout en le partageant. Comprendre ce qui nous dérange les yeux, au quotidien, et se permettre de chercher comment le réparer, le corriger, l’améliorer, le bouleverser.

ANNE MARINA PLEIS / THÉÂTRE 27
en savoir +
fermer
théâtre

ANNE MARINA PLEIS / THÉÂTRE 27LES BOTTES À NIQUE

Résidence de création – février 2015
CRÉATION KONFÉRANS + FO DLO
Mardi 10 février à 15h (Konférans) et mercredi 11 février à 19h (Konférans + Fo Dlo)

ATELIER Cultivons notre jardin !
Vendredis 6 et 13 février de 14h à 16h

CRÉATION KONFÉRANS + FO DLO
Mardi 10 février à 15h (Konférans) et mercredi 11 février à 19h (Konférans + Fo Dlo)
Direction artistique : Anne Marina Pleis - Konférans : Gerda Müller - fo dlo : Francis Ruggirello, Jocelyne Monier, Maxime Lacôme - Régie générale : Laurent Marro

Avec son air de maladresse, Les bottes à nique nous plonge dans la joyeuse découverte de banalités du savoir faire. Saisir le monde du vivant, mais botaniquement. Cultiver son jardin ! Oui, mais comment ? Il faut ici lâcher toute volonté de résultat avec un sourire aux lèvres. Être invité à plonger dans un monde décalé, fait de mises en étrangeté, proposées dans des formes provenant de pratiques d’art différentes.

Konférans - Conférence populaire et théâtrale sur l’art et la vie.
Imaginée par Anne Marina Pleis & Gerda Müller
Mise en scène d’une adaptation de l’Avant-projet d’une conférence populaire sur l’art de Jean Dubuffet, joyeusement interprétée et adressée au public par la comédienne berlinoise Gerda Müller (elle parlera toutefois français)

Fo dlo - variation #1 sur La botte à nique.
Imaginée par Francis Ruggirello
Installation pour une comédienne (Jocelyne Monier) et un bruiteur (Maxime Lancôme) dans le capharnaüm de sons et d’objets d’un ex-plasticien (Francis Ruggirello), le café sera servi pendant la représentation.

Avec le soutien de La Ville de Marseille et Le Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur, SPEDIDAM. Coproduit par Le Merlan - Scène nationale de Marseille et le 3 bis f. Une production du théâtre 27
Droits d’auteur : © Éditions Gallimard, Prospectus et tous écrits suivants.

ATELIER Cultivons notre jardin !
Vendredis 6 et 13 février de 14h à 16h
Etre simplement planté là avec ces mots choisis qui indiqueraient comment cultiver son jardin comme on le ressent soi avec ce que l’on a à dire.
WAS ICH SCHON IMMER MAL SAGEN WOLLTE !
" Ce que j’ai toujours voulu dire à haute voix ! "
Créer un tapis de sons avec la musique des mots, les actions scéniques, un langage de corps avec notre souffle.
Ne pas se prendre au sérieux, plutôt chercher le comique, le clown qui prendrait la parole avec un nez…
Partir de soi avec ce que l’on a dans le cœur, dans la tête et qu’on voudrait exprimer à travers les mots d’un autre, en l’occurrence, ici, avec ceux de Dubuffet.
Ne pas se compliquer la vie, surtout, ce n’est pas la peine s’il n’y a pas la "Freude" !
"Freude" est le mot allemand pour la Joie.

Durée :
konferans > 40 min // fo dlo > 40 min

+info | réservation : 04 42 16 17 75

CONFÉRENCE DE PRESSE PUBLIQUE
en savoir +
fermer

CONFÉRENCE DE PRESSE PUBLIQUEMardi 17 février à 13h30 au 3 bis f

Présentation des projets de recherche, de création et d’ateliers de la seconde partie de saison par les artistes et compagnies. Moment convivial de rencontres, ouvert à tous et suivi d’un pot amical.

Présentation des projets de recherche, de création et d’ateliers de la seconde partie de saison par les artistes et compagnies. Moment convivial de rencontres, ouvert à tous et suivi d’un pot amical.

ALICIA FRAMIS
en savoir +
fermer
arts visuels

ALICIA FRAMISI’M IN THE WRONG PLACE TO BE REAL

EXPOSITION
Du 9 avril au 19 juin
Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous (entrée libre)
Vernissage mercredi 8 avril de 16h00 à 21h00

CONFÉRENCE
Mardi 7 avril à 18h30,
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence

ATELIER Chambres secrètes
Vendredis 20 février et 20 mars de 10h à 12h et de 14h à 15h30

Rencontre avec l’artiste et présentation de l’atelier
mercredi 18 février de 14h à 15h30

Résidence de création - février/juin 2015

Artiste pluri-disciplinaire, Alicia Framis associe régulièrement à ses travaux des collaborateurs de différents horizons tels que l’architecture, le design ou la mode. Son travail se concentre sur les différents aspects de l’existence humaine dans nos sociétés contemporaines et part souvent d’une problématique sociale acquise pour développer ses propositions, sous la forme de vidéos, d’installations, de performances, et mettre en évidence les dispositifs d’aliénation et autres moyens de coercition qui la sous-tende. Dans ses interventions, elle propose au public un contact direct, physique, émotionnel, en créant des conditions d’expériences et de situations inhabituelles.

EXPOSITION
Du 9 avril au 19 juin

Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous (entrée libre)
Vernissage mercredi 8 avril de 16h00 à 21h00
Le 3 bis f sera fermé du 25 avril au 03 mai,
ainsi que les 8, 14 et 25 mai.

Dans les rues de New York, une parole de chanson
fredonnée par un passant : I’m in the wrong place to be real ; une parole entêtante, l’écho d’une sensation à la fois particulière et universelle. S’interroger sur sa place dans une relation, un lieu, une ville, un pays, et plus globalement dans le monde, ou plus exactement sur ce sentiment, temporaire ou permanent, de ne se sentir ni vraiment à sa place, ni vraiment réel. Alicia Framis y perçoit le point de départ pour la création d’une nouvelle « chambre » qui viendrait nourrir la série des Forbidden Rooms, initiée en 2011 (Screaming Room -chambre à crier, 2011/2013- Room to Forget -chambre pour oublier, 2013- Room for forbidden books -chambre des livres interdits, 2014-). Concevoir et construire une chambre où le rapport entre l’espace et l’individu serait déplacé. Il est commun voir commode de penser que nous façonnons notre environnement, notre habitat, nos relations, et d’oublier que l’inverse est tout aussi réel.

CONFÉRENCE
Mardi 7 avril à 18h30

amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence Entrée libre dans la limite des places disponibles.

ATELIER Chambres secrètes
Vendredis 20 février et 20 mars de 10h à 12h et de 14h à 15h30 Rencontre avec l’artiste et présentation de l’atelier rmercredi 18 février de 14h à 15h30

L’histoire, réelle ou contée, est riche de chambres secrètes, d’espaces dissimulés, astucieusement protégés, à l’abri des regards. Leurs existences, leurs constructions et leurs usages sont eux-même tributaires du plus grand secret. Ce sont les chambres funéraires des pharaons, les passages secrets des châteaux, les chambres fortes, les bunkers, les refuges atomiques... Espaces pour se retirer, s’aimer, se mettre à l’abri, préserver des biens de valeur, pour cacher ou exercer des actions répréhensibles au regard de la loi, leur existence est régie autant par le désir que par la peur. Dans la continuité des Forbidden Rooms, inventer, imaginer, rêver seul ou ensemble de nouvelles chambres secrètes, par le biais du dessin, de la maquette, de la vidéo.

© Alicia Framis

La production de cette exposition a bénéficié des conseils de fündc architects (Madrid), et est réalisée en partenariat avec l’Atelier ni (Marseille).

MATTHIEU MÉVEL
en savoir +
fermer
théâtreécriture

MATTHIEU MÉVELÉCHANTILLONS DE L’HOMME DE MOINS

Résidence de recherche - mars/avril 2015

LECTURE
Vendredi 06 mars à 19h

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mercredi 22 avril à 15h et 21h

ATELIER Présence
Les mercredis 11, 18 mars et 15 avril de 10h à 12h

Résidence de recherche - mars/avril 2015

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mercredi 22 avril à 15h et 21h


Auteur et metteur en scène : Matthieu Mével - Avec Jean Louis Coulloc’h, Alain Mahé, Marguerite Bordat et Yoana Urruzola.

Un homme arrive sur une colline par une nuit d’orage. Il parle à un mannequin qui ressemble à une jeune fille, il parle à un roi mort, à un chien, à un duo comique, à un arbre, à des pierres. Il parle avec les objets, les animaux, les morts. Dans la terre, il trouve un séquenceur. C’est un dispositif numérique, une mémoire exacte qui permet d’enregistrer et d’ordonner les éléments dans une séquence. L’homme joue avec le séquenceur. Il s’abandonne dans le concert de sa voix enregistrée. L’enregistrement a pris la place de la vie. La machine ne porte pas seulement la mémoire, elle la tord et l’explose. Le théâtre est envahi par ce qui refuse le théâtre : animaux, objets, machines.

LECTURE
Vendredi 06 mars à 19h

Le texte a été publié par les éditions l’Entretemps en avril 2010 et proposé depuis mars 2008 en version numérique par Publie.net, coopérative d’édition numérique dirigée par François Bon. Le texte a fait partie du palmarès du Centre National du Théâtre en avril 2010. Il a reçu l’aide à la création de textes dramatiques.

Production - Coproduction : 3 bis f, Théâtre de Vitry, Théâtre de l’Echangeur – en cours

ATELIER Présence
Les mercredis 11, 18 mars et 15 avril de 10h à 12

Echantillons de l’homme de moins est un texte théâtral qui met en jeu un homme, un mannequin, un chien, des objets. Au cours de cet atelier de jeu, il est proposé aux participants de travailler différentes formes de présence sur une scène : de l’immobilité au mouvement, du silence à la parole. L’atelier est tourné vers ce qui fait la présence singulière d’un corps sur la scène. Matthieu Mével parle d’un essai qu’il a écrit sur l’art de l’acteur (L’acteur singulier, à paraître en mai chez Actes Sud-Papiers), Jean Louis Coulloc’h évoque son expérience de comédien. Après un training physique et vocal collectif, chaque participant est invité à expérimenter sa propre présence sur le plateau à partir du texte.

© Matthieu Mével

38 |Accrochage des élèves du Lycée Duby en cursus patrimoine
en savoir +
fermer
Enseignement d’exploration

38 |Accrochage des élèves du Lycée Duby en cursus patrimoine

A l’occasion de la Journée d’Information sur la Santé Mentale Jeudi 19 mars.

Partage convivial autour d’un pot à partir de 17h

A L’OCCASION DE LA JOURNÉE D’INFORMATION SUR LA SANTÉ MENTALE JEUDI 19 MARS | PARTAGE CONVIVIAL AUTOUR D’UN POT À PARTIR DE 17H

Le 3 bis f propose un temps de rencontre autour d’un accrochage - photo, vidéo, travail sonore, textes - élaboré par les élèves de seconde du lycée international Georges Duby en cursus Patrimoine. L’occasion de conclure la journée de débat organisée par l’hôpital et de partager un travail de plusieurs mois réalisé par ces élèves dans le cadre d’un enseignement d’exploration dans les lieux (en connivence avec le centre de documentation et d’archives de l’hôpital Montperrin).

On les dit décrochés de la réalité et peu intéressés aux choses du monde ? Pour être honnête nous le fûmes aussi et leurs enfants reprendront le flambeau. Une chose est certaine, depuis septembre, 38 adolescents ont tenté de saisir la patine d’un lieu chargé d’histoire(s). Avec des fortunes diverses et variées ils ont produit des œuvres à leur mesure, des œuvres étranges et étrangères... Balades sonores, photographies, performances, vidéos d’art, carnets de voyage formeront un nouveau continent que les 38 vous invitent à sillonner.

LE BAZAR PALACE
en savoir +
fermer
théâtrePerformance

LE BAZAR PALACEASPARTAME

ATELIER Muraille
Mardi 12 mai de 14h à 18h

Résidence de recherche - mai 2015

Auteur - metteur en scène : Constance Biasotto - Interprètes : Olivier Burlaud, Marie Desoubeaux, Camille Secheppet, Sophie Zanone - Regards extérieurs : Nedjma Benchaib, Bernard Colin, Christian Carrignon - Création sonore : Fanny Thollot Création des costumes : Natacha Costechareire - Production : Marion Bottaro

Aspartame est une proposition multiforme avec à chaque fois des milliers de Kapla (petites planchettes de bois) figurant tour à tour les limbes, l’humanité, les décombres, les charniers. Avec du mouvement, des corps à corps, des confrontations, des chutes et des effondrements telles les batailles que l’on mène.
Je suis née le 10 mai 1981. Le matin de ma naissance, ma mère est allée voter Giscard et ce soir-là, pour elle, le monde s’effondrait. Et puis, il y a eu : la chute du mur de Berlin devant la télévision familiale, les tribunes de Furiani et mon père président du club de foot de mon village, le Rwanda que je ne comprenais pas, le Front National à Toulon où j’habitais et ces morceaux de verre de néon mélangés à la colle des affiches du parti qui me ravageaient les mains alors que je les déchirais, les Twin Towers qui plongeaient soudain mon monde dans les cavernes d’un trop célèbre mythe et tous ces Walt Disney qui me prédestinaient à une vie merveilleuse. Et maintenant, il y a Aspartame... qui raconte la désillusion et l’imposture. Comme une suite à l’Histoire mêlant ces rêves, ces débris, ces blessures, l’instabilité et la contradiction.

Productions - Coproductions : 3 bis f, Le Citron Jaune, L’Entrepont, Conseil Régional PACA, Ville d’Arles, DRAC PACA

ATELIER Muraille
Mardi 12 mai de 14h à 18h

L’atelier Muraille propose de prendre part à la construction d’un « mur » fait de petites planchettes de bois type Kapla allant de la porte du 3 bis f jusqu’au bureau des entrées de l’hôpital. Les participants sont invités par les acteurs à construire ce mur ensemble : le temps d’une planchette, de quelques dizaines ou de plusieurs centaines, comme ils le souhaitent. Tout en construisant ensemble, les acteurs proposent de partager avec eux les effondrements qui nous traversent et de contextualiser ce projet. Des échanges qui ont lieu dans la simplicité d’une discussion informelle.

© Marion Bottaro

L’INSOMNANTE / CLAIRE RUFFIN
en savoir +
fermer
théâtremusiqueécriture

L’INSOMNANTE / CLAIRE RUFFINHÔTEL À CIEL OUVERT

ATELIER Siestes écriture / Siestes sonores
Siestes écriture 28, 29 mai de 14h à 16h
Siestes sonores 1er, 2, 3 juin de 14h à 16h

Résidence de recherche - mai/juin 2015

Conception : l’Insomnante. Ateliers d’écriture et voix au chevet : Francis Coulaud, Aline Maclet, Claire Ruffin Violoncelle, chant au chevet : Catherine Exbrayat - Composition de paysages sonores : David Bouvard - Partition technique : Manon Trompowsky - Photographie : Vincent Beaume.

C’est un hôtel un peu particulier. Un hôtel de charme. Sans murs ni toits. Un hôtel de petite taille. A la fois cocon et paysage...
Nous invitons à dormir dehors, aussi bien que dedans. Nous invitons à dormir dehors, mais comme à l’hôtel. Avec un room service. Nous invitons à bien dormir, et aussi à bien ne pas dormir... Une fabrique de nuits, mais qui ouvre aussi le jour.
La nuit, possibilité de bercements de chevet à la demande, où voix et violoncelle s’entremêlent. A partir d’une certaine heure, ouverture du bureau des insomniaques et possibilité de marches d’épuisement. Au matin, petit déjeuner.
Le jour, ouverture pour des siestes. Siestes écriture, avec allers - retours entre le lit et des propositions d’écriture et des lectures au chevet ; et/ou des Siestes sonores, avec composition de paysages à entendre : voix errantes et fluctuantes, diffusion de sons enregistrés, chant et violoncelle.

Production - Coproductions : 3 bis f, le Citron Jaune, Sentier des lauzes, la Ville de Marseille, Conseil Régional PACA

ATELIER Siestes écriture / Siestes sonores
Siestes écriture 28, 29 mai de 14h à 16h
Siestes sonores 1er, 2, 3 juin de 14h à 16h

Venir somnoler dans un lit, sous un arbre, dans l’Hôtel de l’Insomnante. S’offrir une sieste, ce temps entre-deux, ce moment élu qui se peuple de ce qui est en cours.
Des siestes - écriture  : allers - retours entre la table d’écriture et le lit. Ecrire sur une feuille, dans sa tête, dans sa sieste. Lire pour soi ou pour les autres, murmurer au chevet. Ecouter les yeux mi-clos les paysages sonores qui se composent tout autour des lits. Dormir.
Des siestes sonores : presque rien. Venir se coucher dans un lit. Peut-être fermer les yeux. Ecouter. Laisser le corps s’enfoncer. Se laisser entourer par des mots murmurés, proches ou lointains, des notes de violoncelle, un chant, les sons d’ici ou rapportés d’ailleurs... se laisser prendre par un sommeil percé de sons, garder les yeux grands ouverts ou sombrer entièrement dans la sieste.

© Vincent Baume

L’AUGUSTE THÉÂTRE
en savoir +
fermer
théâtre

L’AUGUSTE THÉÂTREJEANNE…POUR L’INSTANT

Résidence de recherche - juin 2015

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Vendredi 19 juin à 15h

OUVERTURE | Mettre son grain de sel
Du 8 au 18 juin, du lundi au jeudi de 10h30 à 12h

Résidence de recherche - juin 2015

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Vendredi 19 juin à 15h

Ecriture : Claire Massabo, Nicole Choukroun, et d’autres... Metteur en scène : Claire Massabo - Jeu : Nicole Choukroun.

Jeanne est un personnage de théâtre, une vieille dame qui m’accompagne depuis 20 ans. Elle a des airs de ma grand-mère, elle pourrait être votre cousine, votre copine, votre voisine. En tout cas, une vagabonde qui dit que le théâtre ce n’est pas un lieu mais un moment à partager. Elle adore, c’est de la vie en concentré ! Pour elle, la solitude n’existe pas. Elle a un rêve de solo qu’elle nourrit d’émotions, de conventions, de convictions, de pourquoi, de comment. Elle s’interroge sur notre besoin des autres. Se pose à elle une foule de questions très sérieuses, qui donnent naissance à des tentatives, plutôt clownesques. Ce spectacle va s’écrire dans le présent de cette terre en ébullition, dans cette époque qui bouscule notre intimité et questionne nos idéaux, au fil des rencontres, hors scène et au bord du plateau.


OUVERTURE | Mettre son grain de sel
Du 8 au 18 juin, du lundi au jeudi de 10h30 à 12h

La porte de la salle vous est ouverte. L’Auguste Théâtre vous invite à vous associer au travail, en occupant activement la place de spectateur curieux et constructif. Parler, écouter, rire ou pleurer : tout est possible...

Julien Gourdin | Production universitaire
en savoir +
fermer
théâtre

Julien Gourdin | Production universitaireLa folie comme état de la métamorphose

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE CRÉATION MARDI 23 JUIN À 20h30

MARDI 23 JUIN À 20h30

Texte et mise en scène Julien Gourdin

Comédiens : Rita Meharg, Anabel Gransagne, Julia Magnan, Julien Gourdin, Pierre Audouard, Musicien : Antoine Viard, Vidéaste : Nao Tanaka, Dessinateur :Elliot Baldovich

Dans le cadre d’un partenariat avec l’Université Aix - Marseille , le 3 bis f accueille en juin Julien Gourdin pour la conclusion de son Master professionnel « Dramaturgie et écritures scéniques ».

La folie comme état de la métamorphose témoigne d’une expérience de vie. Un collectif d’artistes s’est soudé autour de ce récit pour faire vivre cette expérience sur la scène. A travers ce parcours singulier mu par un dispositif pluriel, Julien Gourdin invite les spectateurs à s’interroger sur notre présence au Monde.

© Elliot Baldovich

Le 14 juillet
en savoir +
fermer
arts visuelsthéâtredansemusiqueécritureRéflexion sans gravitéPerformanceCuisine

Le 14 juillet

14 juillet 2015 - de 17h jusqu’à tard

Troisième édition de ces 14 juillet d’un nouveau genre, ou plutôt de tous les genres, au 3 bis f.

Entrée libre / Repas du Banquet 9 euros (réservez !)

Inspirez et faîtes tomber les masques pour cette troisième édition des 14 juillet d’un nouveau genre ou plutôt de tous les genres au 3 bis f. Sortez la tête du sac, rejoignez-nous pour ce rendez-vous de fin de saison où les artistes résidents dévoileront un florilège de propositions.Une respiration entre lectures, installations, performances, cuisine et théâtre.

17h – 20h
Melting pot artistique

20h30
Banquet platonico-épicuro- artistique

22h
Dance Floor

Avec Clémentine Carsberg, Raphaëlle Bouvier, Maxime Potard, Nicole Choukroun, Claire Massabo, Elise Vigneron, Maxime Chevallier, Maureen Quink, Claire Camous, Arina Essipowitsch, Émilie schalck, Stéphane Protic, Viviana Moin, Hélèna Villovitch, L’Ane à Nageoires Christophe Haleb, Christophe Le Blay, Olivier Muller, Pola Facettes...

Une invitation à :

ENTRER - VOTER
choisissez de quoi l’avenir sera fait. projets noirs, bleus ou jaunes imaginés avec la complicité de Clémentine Carsberg

CARAVANER
avec les lectures (z) électroniques du Détachement International du Muerto Coco

DÉBLATÉRER
avec Mémé Jeanne pour des entretiens intimes et politiques

PRENDRE UN PIED D’ENFER
avec le rafraîchissant Théâtre de l’Entrouvert

ZiEUTER
de tous cotés avec des nouveaux Regards

S’ENVOÛTER
par des fétiches et autres incantations d’Émilie Schalck

BULLER DU NOIR
avec légèreté dans une installation de Stéphane Protic

S’ENVOLER
avec "Mon Poussin" Performance de Viviana Moin en collaboration avec Hélèna Villovitch

RIPAILLER
aux tables de L’Âne à Nageoires

DÉVOILER SALOMÉ
dans une performance de La Zouze

ENVOYER LES PIEDS
après l’ouverture du Dance Floor avec Pola Facette

Ni manque, ni gâchis,
alors ne restez pas sur la réserve
RÉSERVEZ ! 04 42 16 17 75 contact@3bisf.com