Si la différence vous effraie, imaginez la conformité...
CONFÉRENCE DE PRESSE PUBLIQUE
en savoir +
fermer
Conférence

CONFÉRENCE DE PRESSE PUBLIQUE Présentation de Saison avec et par les artistes

Mardi 15 septembre à 13h30

Présentation des projets de recherche, de création et d’ateliers de la première partie de saison par les artistes et compagnies. Moment convivial de rencontres, ouvert à tous et suivi d’un pot amical.

Mardi 15 septembre à 13h30 au 3 bis f

Nous vous convions le mardi 15 Septembre à 13h30 pour une présentation de la Saison à venir où les projets de résidences, d’ateliers, de recherches et de créations seront présentés par et avec les artistes. Un moment convivial de rencontres entre équipes artistiques, publics, professionnels et habitués du lieu pour ce réjouir de la rentrée au 3 bis f.

Depuis 1983, le 3 bis f, situé dans le Centre Hospitalier psychiatrique Montperrin, développe un lieu de créations contemporaines tant dans le domaine du spectacle vivant que dans celui des arts visuels au sein de son centre d’art. Chaque année, sur des temporalités variables allant de quelques semaines à plusieurs mois, des artistes et compagnies sont invités à proposer et développer des projets dans le cadre de résidences de recherche ou de création pour le lieu. Plusieurs moments de rencontres avec les résidences en cours sont proposés et ouverts à tous les publics (ateliers de pratique collective, échanges avec les artistes, visites, créations - représentations - expositions).

Venir au 3 bis f, c’est œuvrer pour la traversée du mur, prendre en compte les différences, agir pour le décloisonnement, accepter et cultiver sa propre étrangeté.

© Laurent Garbit

NOUVEAUX REGARDS 2015
en savoir +
fermer
arts visuels

NOUVEAUX REGARDS 2015TRÉCY AFONSO – CLÉO LHÉRITIER – YOHAN DUMAS – MARGUERITE REINERT – MASAHIRO SUZUKI – MAX PASKINE

ÉCRITURE – DESSIN – PEINTURE – VIDÉO – SON – PERFORMANCE – INSTALLATION – VOLUME

ATELIER Déluge dans la piscine
Les mercredis de 14h à 16h
16, 23, 30 septembre - 7 et 14 octobre

Résidence de recherche – septembre/octobre 2015

ÉCRITURE – DESSIN – PEINTURE – VIDÉO – SON – PERFORMANCE – INSTALLATION – VOLUME

ATELIER Déluge dans la piscine
Les mercredis de 14h à 16h
16, 23, 30 septembre - 7 et 14 octobre

L’eau et ses multiples facettes constituent la trame de notre film. Cette expérience cinématographique résulte de vos histoires, de nos histoires qui bout-à-bout laissent entrevoir un scénario. Sessions de dessins, de prises vues et de prises de son viennent nourrir celui-ci. Écrire sous l’eau, sur l’eau, dessiner un espace filmique, composer des mémoires liquides. Une matière dense qui nous plonge au cœur d’un tournage visuel et sonore. À l’issue, un film, fruit de notre rencontre, que nous partagerons à l’occasion d’une séance de projection, suivie de débats et d’échanges, le tout accompagné d’une dégustation cinématographique.

Cette résidence est organisée dans le cadre de Nouveaux Regards, un rendez-vous annuel initié en 2010 par l’Office de Tourisme d’Aix-en-Provence. Pour cette 6ème édition, Nouveaux Regards propose entre septembre et décembre 2015, expositions et résidence de 6 jeunes diplômés de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence dans trois lieux emblématiques de la ville, l’Atelier de Cézanne, le Pavillon de Vendôme et le 3 bis f. Un catalogue est publié à cette occasion.

Les nouveaux regards

visuel : © Cléo Lhéritier

CHRISTIAN MAZZUCHINI / ZOU MAÏ PROD
en savoir +
fermer
théâtrepoésie

CHRISTIAN MAZZUCHINI / ZOU MAÏ PRODDINGO DINGUE

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mardi 29 septembre à 15h

OUVERTURES Dingo Dingue
Les 17, 18, 21, 22, 23, 24 et 25 septembre de 10h30 à 12h

Résidence de création
- septembre 2015

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mardi 29 septembre à 15h

Conception, Réalisation, Jeu : Christian Mazzuchini, Marilyne le Minoux et une jeune fillette ( distribution relative à chaque lieu), Metteur en Scène : Haïm Ménahem, Technique, Lumière : Jean Pierre Chupin, Décors, Costume : Marilyne Le Minoux . Musique : Guigou Chenevier

On connait Christian Mazzuchini pour son amour des poètes et des gens, les petits et les grands poètes, les grandes personnes et les petites gens, les gens d’ici, les soi-disant sensés, les soi-disant insensés. Dans la lignées du mémorable « Psychiatrie Déconniatrie » il revient cette année avec un nouveau projet habité de ses auteurs et de ses sujets fétiches.
Dingo Dingue, armé d’un pinceau mental de sa fabrication, est une descente en pente douce dans les entrailles de la folie en suivant les paroles éclairées et éclairantes de Jacques Lacan, Jean Oury, Lucien Bonnafé et François Tosquelles. « Sans la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, c’est l’homme même qui disparait. » F.Tosquelles. En écho à ces pensées étonnamment limpides s’ajoutent les écrits poético-maniaco festifs de Charles Pennequin, Vincent Tholomé, et Christophe Tarkos, poètes contemporains, plumitifs de génie et un incontournable clin d’œil à Serge Valletti. Cocktail détonnant de verbes en délire, Dingo Dingue tisse l’étoffe d’un songe déroutant sur les traces et les égarements psycho-poétiques d’un bouffon magnifique. Vagabondant sur les errances de l’âme comme sur un chemin de traverse, partagé entre le rire et l’émotion, c’est l’infiniment humain que cette « fuite » nous invite à traverser.

Partenaires : Théâtre Joliette Minoterie, Marseille - Scène Nationale les Salins, Martigues
- 3 bis f -
Théâtre Municipal Le Comédia, Aubagne - Au bout du Plongeoir, Rennes

OUVERTURES Dingo Dingue
Les 17, 18, 21, 22, 23, 24 et 25 septembre de 10h30 à 12h
Les répétitions seront ouvertes au public durant toute la durée de la résidence.

visuel : © Marilyne Le Minoux

CLÉMENTINE CARSBERG
en savoir +
fermer
arts visuels

CLÉMENTINE CARSBERGLES FORS INTÉRIEURS

EXPOSITION
Du jeudi 8 octobre au vendredi 18 décembre 2015

ATELIER Lieu commun

COLLAGE -VOLUME - INSTALLATION
Les jeudis de 14h à 16h
17, 24 septembre - 1er, 8, 29 octobre - 5, 12, 19 novembre - 3, 10 et 17 décembre

Résidence de recherche et de création
- janvier/décembre 2015

EXPOSITION
Du jeudi 8 octobre au vendredi 18 décembre 2015
Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous 
- Entrée libre

Le 3 bis f est fermé du 17 au 25 octobre

Vernissage mercredi 7 octobre de 16h à 21h

Pour, avec, dans… les espaces du 3 bis f, Clémentine Carsberg suggère des histoires par leurs traces, crée des indices d’architecture, d’archéologie, de ruine, de présences. Elle imbrique à des espaces physiquement présents tout un potentiel imaginaire enfoui. Il y a des boîtes, du parquet, des protubérances, du papier. Les liens de lieu opèrent. Des pièces montées émergent à force de sur place. Construire puis habiter un site de vestiges de monuments (un 6 pièces) ; ou un mono aménagement pour un duo de cellules ; voir ses pièces en personne, et aux détours du monumental, une série de collages, collés contre, au mur.
Des hypothèses affleurent au travers des hésitations, du regard à double sens et des multiples temps de la perception. L’espace transpire des traces et des apparitions. Des temporalités, des saisons, réelles ou sensorielles, se mélangent, s’accommodent et cohabitent le temps de l’exposition.

ATELIER Lieu commun

COLLAGE -VOLUME - INSTALLATION
Les jeudis de 14h à 16h
17, 24 septembre - 1er, 8, 29 octobre - 5, 12, 19 novembre - 3, et 10 décembre

L’atelier Lieu Commun propose de faire. Et pour ce faire, il suggère de se coller à quelques énigmes essentiellement liées à l’« environnement habitable » ou « Comment vivons nous où nous vivons ? ». C’est un moment pour se retrouver dans la création et la discussion, autour d’une interrogation, comme un petit mystère chaque fois relevé par l’action. On y cherche ensemble comment atteindre son idée, celle de voir se réaliser sous nos yeux telle chose ou telle autre.
Jeux de collages, de peinture, de dessin, transformation d’espace, créations de motifs, de tampons, de pop up, récupérations, trouvailles, innovations, seront les ingrédients de nos ateliers collectifs.

Clémentine Carsberg

visuel : © Clémentine Carsberg

LES JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE
en savoir +
fermer
Patrimoine

LES JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINEDE L’HOSPICE DES INSENSÉS AU CENTRE HOSPITALIER (1691-2015)

Projection vendredi 18 septembre à 17h
Visites à 10h, 11h et 14h Samedi 19 et dimanche 20 septembre

PROJECTION
Vendredi 18 septembre à 17h
VISITES
Samedi 19 et dimanche 20 septembre
à 10h, 11h et 14h

Sur inscription au : 04 42 16 16 65

Pour la première année, l’Hôpital psychiatrique Montperrin ouvre ses portes à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Initié conjointement par le Centre de documentation et des archives du Centre Hospitalier, l’Institut de Formation en Soins Infirmiers et le 3 bis f, ce weekend de visites, d’expositions et de projections mettront en lumière les espaces mis en perspective avec une histoire de la psychiatrie et les dimensions humaines, architecturales, et artistiques qui s’y inscrivent et s’y croisent.

visuel © Centre de documentation et archives - Hôpital Montperrin - Aix en Provence

GETHAN&MYLES
en savoir +
fermer
arts visuels

GETHAN&MYLESMany hands make light work* 

DÉCOUVERTE - INSTALLATION – MARCHE - PHOTOGRAPHIE – PARTAGE - ÉCRITURE

ATELIER Many hands make light work*  
Les mercredis de 10h30 à 12h
23, 30 septembre – 7, 14, 28 octobre – 4, 18, 25 novembre – 2, 9 décembre
Rencontre et présentation de l’atelier mercredi 16 septembre de 10h30 à 12h

Résidence de recherche
- septembre 2015 / juillet 2016
DÉCOUVERTE - INSTALLATION – MARCHE - PHOTOGRAPHIE – PARTAGE - ÉCRITURE

Installés à Marseille depuis 2011, le binôme anglo-irlandais gethan&myles s’est formé sous la pluie londonienne en été 2008. De cette collaboration est né un projet qui se construit au contact du monde réel dans une relation indéfectible aux choses concrètes, vécues et partagées avec d’autres. Sous la forme d’installations, de films, de sculptures ou de livres, gethan&myles mettent en scène la capacité de l’art à enrichir notre compréhension du réel.

ATELIER Many hands make light work*  
Les mercredis de 10h30 à 12h
23, 30 septembre – 7, 14, 28 octobre – 4, 18, 25 novembre – 2, 9 décembre

Rencontre et présentation de l’atelier mercredi 16 septembre de 10h30 à 12h

Many hands… sera une découverte collective de la lumière - soleil, saisons, cyanotypes, cadrans solaires, photosynthèse, phosphorescence, aveuglement… En anglais ’light’ signifie ‘lumière’, mais aussi léger, clair, fluide, délicat, ludique... Le ton des ateliers reflètera tous ses sens. Venez explorer, expérimenter, détourner, déguster, manipuler cette matière magique sans laquelle la vie n’existera pas.

*Plus on est nombreux, plus la tâche est légère / l’union fait la force.

gethan&myles

ET AUSSI
SUPERVUES 2015
gethan&myles
Les 11, 12 et 13 décembre – Vaison la Romaine
Durant trois jours, Le second weekend de décembre, le Burrhus sera fermé en tant qu’hôtel. Pourtant il affichera complet. 35 chambres, 35 artistes, 35 façons d’exprimer une vision de la création contemporaine dans un espace donné, avec les contraintes qui sont celles d’un lieu habité, même à titre provisoire et éphémère…

visuel : © gethan&myles

 L’INSOMNANTE / CLAIRE RUFFIN
en savoir +
fermer
théâtremusiqueécriturePerformance

L’INSOMNANTE / CLAIRE RUFFINL’HÔTEL À CIEL OUVERT - MORCEAUX DE NUIT

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mercredi 23 et jeudi 24 septembre
Rendez-vous à 20h – 21h – 22h – 23h

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mercredi 23 et jeudi 24 septembre
Rendez-vous à 20h – 21h – 22h – 23h

15 lits – réservation indispensable - durée : 1 heure


Violoncelle, chant : Catherine Exbrayat - Création sonore : David Bouvard - Bercements de chevet : Francis Coulaud, Aline Maclet, Claire Ruffin - Composition des textes : Francis Coulaud

Suite aux siestes-sonores et siestes-écriture partagées ce printemps avec l’Insomnante sous les arbres, dans la cour du 3 bis f, la compagnie revient pour la version nocturne de cette expérience immersive singulière.
C’est un hôtel un peu particulier. Sans murs ni toits… Choisir sa chambre, s’y coucher… Paysages à voir et à entendre, yeux ouverts ou fermés… Morceaux de nuit… Ensommeillements souhaités.
Le tout est un ensemble doux, volatile, englobant, discret. Apparitions/disparitions. Tissages par l’émerveillement et le partagé. Pour bien dormir.

Les premières aventures hôtelières ont été réalisées depuis 2013 au Théâtre de Fontblanche (Vitrolles), à la Gare Franche (Marseille), à l’hôpital de jour Villa Mélodie (Vitrolles), au Citron Jaune (Port St Louis), et au 3 bis f (Aix). Soutien de la Ville de Vitrolles, de la Gare Franche, du Citron

visuel : © Vincent Baume

L’UNIVERSITÉ D’AIX - MARSEILLE AU 3 BIS F
en savoir +
fermer
théâtre

L’UNIVERSITÉ D’AIX - MARSEILLE AU 3 BIS F Questions de mise en scène

OUVERTURES Questions de mise en scène
Les mercredis 30 septembre, 7, 14 octobre, 4 et 18 novembre de 15h à 17h

Avec Anyssa Kapelusz, Maître de conférences et Marie Vayssière, Metteur en scène, Maître de conférences associée pour les filières « dramaturgie et écritures scéniques » et « Les métiers du plateau ».

L’atelier vise, à partir de textes de référence à questionner la pratique de la mise en scène, la mise en espace et la fabrication du temps, le training, l’improvisation et la direction d’acteur. Il s’agira également d’apprendre à penser des éléments techniques tels que le son, la lumière, les costumes, la scénographie.
Cette année, il est proposé de travailler sur un « Esperpento », pièce grotesque et politique de 1926 de Ramon del Valle-Inclan Les atours du macchabée. Esperpento reste un mot intraduisible, qui vise à un rendu critique et poétique du réel à partir d’une déformation optique, d’où parfois la traduction de ce terme par celui d’épouvantail. On peut dire alors qu’il s’agit d’un grotesque où l’effroi, le tragique ne sont jamais absents.

OUVERTURES Ateliers de mise en scène
Les mercredis 30 septembre, 7, 14 octobre, 4 et 18 novembre de 15h à 17h
Cet atelier initialement destiné aux étudiants de la filière théâtre s’ouvre cette année à tous ceux qui souhaitent s’y joindre en tant qu’observateurs. Chaque séance sera ouverte par une présentation du programme de la journée et du travail envisagé. Un échange, sorte d’aller-retour sur ce qui aura été entendu (lectures, commentaires, échanges entre les deux intervenantes et les étudiants) ou perçu sur le plateau, se fera collectivement à 17h.

CIE EMILE SAAR / MARIE LELARDOUX
en savoir +
fermer
théâtreécriturevoies plurielles

CIE EMILE SAAR / MARIE LELARDOUXLÀ OÙ J’ICI (ENQUÊTE LITTÉRAIRE)

ATELIER Le goût de la lecture
Vendredi 2 octobre, lundi 30 novembre 2015 et mercredi 6 janvier 2016
De 14h à 16h

Résidence d’étude à partir d’un texte littéraire 
- septembre 2015/janvier 2016

Une proposition de Marie Lelardoux, metteur en scène et interprète.

Après Utopia, tous de barbares - projet accueilli en résidence de création au printemps 2014 - Marie Lelardoux revient au 3 bis f à la recherche d’un espace littéraire où développer un nouveau chantier.

« Travailler un texte », le pétrir, le connaître dans sa facture, sa construction, son histoire. En décortiquer l’arborescence. Etablir un bureau d’enquête, et agir en détective. Marcher dans une littérature.
Face à ce désir de plonger dans l’étude d’un texte littéraire, je me suis adressée au 3 bis f où j’ai demandé « un abri ». Ainsi attablée dans mon « petit bureau », tel un atelier, j’établirai là – pour plusieurs mois - ma « résidence principale ». Un temps de présence qui ne s’annonce pas. Un bureau d’étude. Ouvert aux autres de passage ou permanents. Une quête, porte ouverte. Me mettant à la disposition des mots que je lirai, je souhaite faire des allers retours dans les paysages qu’ils m’offriront, tout en restant à quai et en participant aux mouvements réels du lieu d’attache. Les textes sont éparpillés sur le bureau, j’aimerais n’en choisir qu’un. Je ne saurais dire encore lequel. Par contre j’observe quelques récurrences : beaucoup de textes de langue originale allemande, pas de genre littéraire particulier (théâtre, roman, essai), et des personnages liés à un /des lieu(x) à retrouver ou à atteindre… » Marie Lelardoux

ATELIER Le goût de la lecture
Vendredi 2 octobre, lundi 30 novembre 2015 et mercredi 6 janvier 2016
De 14h à 16h

Des ateliers de lectures, à partir d’un même texte. La lecture comme oralisation des mots écrits. Se faire la lecture, à tour de rôles. La lecture comme interprétation. Préparer et présenter nos commentaires d’une partie de l’ouvrage. En partager l’étude, ensemble. Observer et faire sonner la forme pour atteindre le sens.

Plus sur Cie émile saar / Marie Lelardoux
Utopia tous des Barbares - en écoute sur radio Grenouille ...

© émile saar

LA SECONDE TIGRE
en savoir +
fermer
théâtredanse

LA SECONDE TIGREFLEISCH

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Vendredi 16 octobre à 15h

ATELIER Marathon de danse, la danse en couple dans tous ses états
Lundi 5 octobre de 14h à 16h
Samedi 10 octobre de 10h à 12h et de 14h à 16h
Jeudi 15 octobre de 14h à 16h
Participation à la présentation d’étape de travail :
Vendredi 16 octobre à 15h

Résidence de création 
- octobre 2015

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Vendredi 16 octobre à 15h

Texte, mise en scène et chorégraphie : Pauline Laidet - Interprétation : Anthony Breurec, Antoine Descanvelle, Logan De Carvalho, Tiphaine Rabaud-Fournier, Hélène Rocheteau - Compositeur : Baptiste Tanné - Création lumières : Benoit Bregeault - Scénographie : Quentin Lugnier - Assistante et coordinatrice des groupes amateurs : Lise Chevalier - Régie plateau : Michaël Philis -Chargée de production : Aurélie Maurier

La seconde Tigre, compagnie créée en 2014 est un tandem réunissant deux artistes interprètes
et créatrices, une danseuse, Hélène Rocheteau, et
une comédienne, Pauline Laidet, qui toutes deux se rencontrent sur la question centrale de l’investissement du corps. Pour la création de ce premier spectacle, FLEISCH, Pauline Laidet imagine un espace mêlant textes, danse et musique ; mêlant également comédiens professionnels et amateurs. Librement inspirée du livre d’Horace Mc Coy On achève bien les chevaux cette pièce chorégraphique nous parle des marathons de danse qui avaient lieu aux Etats- Unis en pleine crise économique des années 30. Ces marathons réunissaient de nombreux concurrents dans une réelle misère sociale, espérant gagner au final une prime financière. Ils devaient danser en couple le plus longtemps possible, parfois pendant plusieurs mois, avec des pauses de seulement quelques minutes. Cette pratique des marathons de danse résonne telle une allégorie incroyable de notre monde où l’on cherche à se tenir debout, même sous le poids de l’épuisement et de la perte de sens. FLEISCH transpose ces marathons de danse dans la société d’aujourd’hui. S’ils étaient à nouveau légalisés, qui s’inscrirait à ces marathons et pourquoi ?

Coproductions : La passerelle – Scène nationale des Alpes du sud à Gap, Le Citron-Jaune – Centre National des Arts de Rue à Port-st-Louis du Rhône, Le 3 bis f, Le Vélo Théâtre - Pôle régional de développement culturel à Apt (dispositif TRIDANSE 2015), Le Théâtre de Vénissieux et le Pôle des Arts de la scène- Friche la Belle de mai. Avec le soutien du Théâtre de Vanves, du CND-Centre National de la Danse- et de Arts-Valley

ATELIER Marathon de danse, la danse en couple dans tous ses états
Lundi 5 octobre de 14h à 16h
Samedi 10 octobre de 10h à 12h et de 14h à 16h
Jeudi 15 octobre de 14h à 16h
Participation à la présentation d’étape de travail :
Vendredi 16 octobre à 15h

FLEISCH est un spectacle participatif. Le marathon peut ainsi commencer avec une foule de danseurs sur le plateau, venant d’horizons toujours très différents. Un travail de transmission artistique - temps de documentation autour de l’inscription historique du projet, échauffements ludiques, apprentissage d’une courte chorégraphie collective - a donc été imaginé par la compagnie pour intégrer un groupe de participants volontaires, formés pour l’occasion qui prendra part à l’équipe au moment de la présentation au 3 bis f.
Le caractère singulier de cet atelier, pensé comme partie intégrante de la création du spectacle nécessite une participation régulière à toutes les sessions.

La seconde Tigre

visuel : © Maxime l’Anthoën et Lise Chevalier

CAMILLE LLOBET
en savoir +
fermer
arts visuels

CAMILLE LLOBETIl y a des gens qui parlent, qui parlent - jusqu’à ce qu’ils aient enfin trouvé quelque chose à dire

LECTURE - VIDÉO – ENQUÊTE - SON – DISCUSSION - PERFORMANCE – ÉCRITURE

ATELIER Il y a des gens qui parlent, qui parlent - jusqu’à ce qu’ils aient enfin trouvé quelque chose à dire
Les mardis et jeudis de 10h à 12h
27, 29 octobre - 17, 19 novembre - 1, 3 décembre - 5, 7 janvier

Résidence de création
- octobre 2015/janvier 2016
LECTURE - VIDÉO – ENQUÊTE - SON – DISCUSSION - PERFORMANCE – ÉCRITURE

ATELIER Il y a des gens qui parlent, qui parlent - jusqu’à ce qu’ils aient enfin trouvé quelque chose à dire
Les mardis et jeudis de 10h à 12h
27, 29 octobre - 17, 19 novembre - 1, 3 décembre - 5 janvier

Où parle t’on, comment parle t’on autour de nous, tous les jours ? Qu’est ce que l’on raconte avec les mots, la voix, les gestes, les expressions et mimiques qui constituent la parole ? Il s’agira d’écouter, d’enregistrer, de filmer des paroles. Nous mettrons en place un laboratoire de recherche dans l’atelier pour étudier, classer, commenter les paroles que l’on aura relevées, notées, enregistrées, retranscrites. Nous testerons des expériences parlées : parler pour ne rien dire, penser en parlant, parler en courant, parler en langue1 ... Nous étudierons aussi des extraits ou documents historiques, cinématographiques, artistiques et poétiques qui traitent de la parole.

1- « Parler en langue » ou « glossolalie » est le fait de parler à haute voix dans une langue inconnue de la personne qui parle, ou dans une suite de syllabes incompréhensibles mais revêtant l’aspect d’une langue véritable.

Camille Llobet

visuel : © Camille Llobet

 JEAN-PAUL THIBEAU / PROTOCOLES META
en savoir +
fermer
écriturePerformancevoies plurielles

JEAN-PAUL THIBEAU / PROTOCOLES META FOLLE SAGESSE ET ART : POUR UNE META-CONFÉRENCE

ETAT DES LIEUX DU PROJET
Vendredi 30 octobre à 17h

ATELIER Méta-Atelier
Vendredi 30 octobre de 14h à 16h
Dans le cadre des Matins du Samedi : 31 octobre de 10h à 13h

Résidence de recherche – octobre 2015

ETAT DES LIEUX DU PROJET
Vendredi 30 octobre à 17h

Jean-Paul Thibeau, artiste intermédia - Isabelle Lasserre, danseuse, scénographe - Géraldine Keller, chanteuse improvisatrice - Joël-Claude Meffre, poète

Les Protocoles Méta - dispositif nomade de recherche et d’expérimentation artistique – se proposent d’explorer certains rapports entre sagesse, folie et art. La folle sagesse est un registre de comportements dans lequel des maîtres spirituels et des enseignants de certaines traditions telles que des écoles du bouddhisme, du soufisme, du taoïsme, se présentent soudainement sous un jour inhabituel, choquant voire détestable afin de provoquer l’éveil spirituel de tout aspirant qui en est témoin. Elle génère un aspect excentrique que l’on peut retrouver chez certains artistes, écrivains, poètes, danseurs, etc. Elle génère aussi exactement l’inverse, sous des formes plus cathartiques, selon les latitudes et cultures sous lesquelles elle se manifeste. Mais la Folle Sagesse résonne aussi dans nos cultures contemporaines où elle vient questionner la notion de normalité et d’intégration sociale. Le lieu de l’Art est encore un espace où quelque chose de cet écart et de cette amplitude peut s’exercer. Ici texte supprimé

Grands Bains Douches/Artcad, Marseille- 3 bis f - Fondation du Doute, Blois - La manufacture Atlantique, Bordeaux - Le Grilo, Lisbonne

ATELIER Méta-Atelier
Vendredi 30 octobre de 14h à 16h
Dans le cadre des Matins du Samedi : 31 octobre de 10h à 13h
Les artistes impliqués dans la session Protocoles Méta feront des propositions combinant pratique corporelle, pratique vocale, pratique d’improvisation en s’appuyant sur la thématique explorée pendant la semaine de recherche et d’expérimentation. Les personnes souhaitant participer viendront avec : une tenue décontractée, un objet de leur quotidien, un texte de leur choix, une image de leur choix ou un comportement qui fait écho pour eux à la thématique.

Lire plus sur les protocoles méta

visuel : © A.Goulesque

THÉÂTRE DE CUISINE
en savoir +
fermer
théâtre

THÉÂTRE DE CUISINEJE SERAI MACBETH / LE MECCANO ® DU MONDE [BOÎTE N°9]

REPRESENTATIONS
dans le cadre du Festival Mom’Aix – Tout Public, à partir de 10 ans
Jeudi 12 novembre à 19h,
Vendredi 13 novembre à 21h
Samedi 14 novembre à 15h

ATELIERS Ouvrir la boîte n°9
Mercredis 25 novembre et 2 décembre de 15h à 17h

OUVERTURES Le Meccano ® du monde [boîte n°9]
Mercredis 9 et 16 décembre de 14h à 16h

JE SERAI MACBETH
Théâtre d’objet
REPRESENTATIONS
dans le cadre du Festival Mom’Aix – Tout Public, à partir de 10 ans
Jeudi 12 novembre à 19h,
Vendredi 13 novembre à 21h
Samedi 14 novembre à 15h

Texte : Christian Carrignon, d’après Macbeth de William Shakespeare
Mise en scène : Christian Carrignon, Direction d’acteurs : Katy Deville, Jeu : Christian Carrignon et Paolo Cafiero, Assistanat, création lumière et régie : Paolo Cafiero, Régie plateau : Marie Carrignon

Les trompettes d’une grande bataille éclatent derrière le théâtre. Deux hommes blessés sont repoussés sur scène. Le plus petit hurle vers la coulisse : - Je veux faire Macbeth en théâtre d’objet ! Je veux jouer sur une grande scène. Je veux de la lumière de théâtre, je veux de la fumée. Je veux jouer Macbeth en petit dans le grand théâtre ! Je serai Macbeth ! Et s’il faut mourir, je mourrais sur scène. Le petit théâtre a les mêmes droits que le grand théâtre !
Le grand gars, tout en noir, installe les scènes suivantes, pendant que le petit braille. Le grand veut bien faire tout ce que lui demande le petit, mais de là à faire tous les morts de la tragédie…

je serai Macbeth est le désir de Christian Carrignon de voir se jouer devant nos yeux la tragédie de Shakespeare avec chevaux, soldats, forêt et château fort made in china – une maquette en quelque sorte, Macbeth en quelques scènes de Théâtre d’objet.
Et il n’est pas dit que le petit théâtre n’a pas les capacités de foutre la trouille comme le grand !

Partenaires : Association Filentrope - Festival MiMa, Mirepoix ; L’Estive, Scène Nationale de Foix et de l’Ariège ; MCNN - Centre de création et de production de Nevers et de la Nièvre ; Théâtre du Fon du Loup -Centre Régional des Arts de la Marionnette, Carves ; Association Nova Villa - Festival Méli’Môme, Reims ; Petits et Grands - Festival Jeune Public, Nantes

LE MECCANO ® DU MONDE [BOÎTE N°9]
Théâtre d’objet
Résidence de création
- novembre/décembre 2015

Conception et mis en scène : Christian Carrignon, Jeu : Christian Carrignon et Paolo Cafiero, Construction scénographie : Sylvain Georget et Patrick Vindimian.

« Sur la table de salle à manger, la maquette du monde d’un naïf, éclairée comme un mécanisme précieux, presque sous cloche. Découpée avec amour dans de la tôle de boîtes à gâteaux, c’est de guingois, mal boutiqué, ça sent la mécanique, la pénombre, la baladeuse. Le Meccano ® du monde [boîte n°9] ne marche pas tout à fait en boucle... ça se coince un peu des fois…
Le bricoleur tourne autour de sa machine folle qui chuinte et crache de la vapeur verte !
C’est du théâtre d’objet fait au marteau et à la tenaille. » Christian Carrignon

ATELIERS Ouvrir la boîte n°9
Mercredis 25 novembre et 2 décembre de 15h à 17h
Le village automatique sort à peine de l’atelier. Vous verrez la machine brute, vous allez même vous glisser sous la table et manipuler votre personnage fabriqué par vos soins dans les rues du mini-village.

OUVERTURES Le Meccano ® du monde [boîte n°9]
Mercredis 9 et 16 décembre de 14h à 16h

THÉÂTRE DE CUISINE

visuel : © P. Houssin

MATHIEU MA FILLE FOUNDATION
en savoir +
fermer
théâtredanse

MATHIEU MA FILLE FOUNDATIONEN DÉPIT DE LA DISTANCE QUI NOUS SÉPARE

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Vendredi 27 novembre à 15h et 21h

ATELIER En dépit de la distance qui nous sépare (aussi)
Mardi 1er, mercredi 2, jeudi 3 et vendredi 4 décembre de 14h à 17h00

Résidence de création 
- novembre / décembre 2015

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Vendredi 27 novembre à 15h et 21h

De et avec Arnaud Saury, Manuel Coursin, Youness Aboulakoul.
Conception sonore : Manuel Coursin, Lumière Bruno Faucher, Collaborateur artistique Julian Blight
D’après Ste Thérèse de Lisieux, Louise du Néant, Daniel Paul Schreber, Ibn ’Arabi…

« On s’étonne des mystiques, mais le secret est là : leur amour, à la manière des torrents, n’avait qu’un seul lit, étroit, profond, en pente, et c’est pour cela qu’il emportait tout » Gustave Flaubert

En dépit de la distance qui nous sépare entame un dialogue avec des mystiques de tout poil, de ceux qui ont poussés leur relation au divin jusqu’à l’extase ou le délire, c’est selon. Les auteurs, ces grands mystiques ou délirants sont légion. Certains d’entre eux distinguent malgré tout les extases mystiques « vraies » des extases pathologiques, et d’autres s’empressent même de mettre en garde contre les secondes. Juge et partie en quelque sorte. Difficile à ce jour de distinguer la folie de l’extase et de figurer des phénomènes aussi insensés, mais si les extatiques doivent s’opposer aux délirants, il nous incombe avant tout et depuis plusieurs mois, d’opérer un lien entre Sainte Thérèse de Lisieux, Louise du Néant, Daniel Paul Schreber, Ibn ’Arabî et nous-mêmes…

Production : Mathieu ma fille Foundation
Coproduction : Le théâtre des Bernardines de Marseille, Le Pôle des Arts de la Scène – Friche Belle de Mai à Marseille, Le Vivat d’Armentières, 3 bis f, Uzès Danse, Aide à la résidence, Montevideo Centre d’écritures contemporaines de Marseille, L’espace Darja de Casablanca, Kunstencentrum BUDA de Courtrai, H.A.S Maison Claire Lacombe de Marseille, Production – Diffusion KOMM’N’ACT, Plateforme pour la jeune création internationale

ATELIER En dépit de la distance qui nous sépare (aussi)
Mardi 1er, Mercredi 2, jeudi 3 et vendredi 4 décembre de 14h à 17h00
Si nous nous sommes attardés dans notre projet de création à tisser un lien entre mystiques et nous mêmes, l’atelier En dépit de la distance qui nous sépare (aussi) s’attache au lien que nous opérons avant tout avec une personne qui nous faire face. Dans notre histoire, il s’agira de face à face sans dialogue apparent. Investir le plateau du théâtre sans public. C’est donc armé de pancartes et slogans que nous allons grossir un flot de manifs au milieu de nulle part.

MATHIEU MA FILLE FOUNDATION

visuel : © Julian Blight

 L’AUGUSTE THÉÂTRE
en savoir +
fermer
théâtre

L’AUGUSTE THÉÂTREJEANNE…POUR L’INSTANT

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Vendredi 18 décembre à 15h

OUVERTURE | Mettre son grain de sel

Mardi 8, jeudi 10, lundi 14 et mercredi 16 décembre
de 14h à 15h30


Résidence de création
- décembre 2015

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Vendredi 18 décembre à 15h

Ecriture : Claire Massabo, Nicole Choukroun - Metteur en scène : Claire Massabo - Jeu : Nicole Choukroun.

L’aventure que Jeanne a vécue au 3 bis f en juin a décuplé son appétit. Elle frétille d’impatience de retrouver le public et de monter sur les planches pour explorer de nouvelles pistes.
Pour nourrir son rêve de comédienne, Jeanne compte maintenant se mesurer aux grands textes de théâtre.
Elle est partie en vacances avec une valise pleine de livres, et la certitude d’y dénicher le rôle de sa vie.
Décidera-t-elle d’incarner une jeune première irrésistible ? Une marâtre terrifiante… ?
Comment se fondre dans les mots d’un autre ?
Le risque la rend audacieuse mais Claire est là, complice attentive et méthodique qui veille et canalise son enthousiasme débordant et généreux.
Si vous ne la connaissez pas encore, sachez simplement que Jeanne est une vieille dame qui croque la vie à pleines dents.

Production : Théâtre de Fos – 3 bis f – La Distillerie – Théâtre du Bois de l’Aune – Mairie de Cuges-les-Pins

OUVERTURE | Mettre son grain de sel

Mardi 8, jeudi 10, lundi 14 et mercredi 16 décembre
de 14h à 15h30


La porte de la salle vous est ouverte. L’Auguste Théâtre vous invite à vous associer au travail, en occupant activement la place de spectateur curieux et constructif. Parler, écouter, rire ou pleurer : tout est possible...

visuel : © 3 bis f

Cie émile saar  / Marie Lelardoux
en savoir +
fermer
théâtreécriture

Cie émile saar / Marie LelardouxLà où j’ici

ATELIER Le goût de la lecture (suite)
Les lundis 29 février et 11 avril de 14h à 16h
Le vendredi 24 juin de 10h à 16h

Résidence d’étude à partir d’un corpus de textes littéraires
septembre 2015 > juillet 2016

Une proposition de Marie Lelardoux, metteur en scène et interprète.

Après Utopia, tous des barbares - projet accueilli en résidence de création au printemps 2014 - Marie Lelardoux revient au 3 bis f à la recherche d’un espace littéraire où développer un nouveau chantier.
« « Travailler un texte ». Face à ce désir de plonger dans l’étude de textes littéraires, je me suis adressée au 3 bis f où j’ai demandé « un abri ». Ainsi attablée dans mon petit bureau, tel un atelier, j’établis là, pour la saison, ma « résidence principale ». Établir un bureau d’enquête, agir
en détective par intuitions et déductions. Marcher dans une littérature.
Ce bureau est ouvert aux autres de passage ou permanents. Une quête, fenêtre et volets ouverts. Me mettant à la disposition des mots que je
lis, faisant des allers-retours dans les paysages qu’ils m’offrent, tout en restant à quai et en participant aux mouvements réels du lieu d’attache. Les textes éparpillés sur le bureau dessinent progressivement une route. Intérieur, Petit drame pour marionnettes de Maurice Maeterlinck : voilà d’où ça part. De ce texte, retourner la terre, travailler la matière première afin que ça prenne. Puis, laisser en jachère. Passer par d’autres textes, porteurs, soubassements, comme les strates d’un édifice à venir. Reposer là, sur la table d’étude, les outils du théâtre,
de la représentation pour les laisser apparaître. Composer un tableau
à partir du corpus des textes. Le tableau d’une peinture, le tableau noir sur lequel on classe ses pensées. Le fil de la lecture suit ce que voit
le marcheur, ce qu’il pense, ce qu’il dit. « Là où j’ici » s’appelle cette étude : se situer à travers l’invention d’un regard, composé par les voix qui le lisent. Les pistes d’un scénario scénique ? Entre scène, écran, maquettes... marcher à travers les œuvres comme parmi une forêt de fenêtres, dont on ne sait plus qui voit et qui est vu. »

ATELIER Le goût de la lecture (suite)
Les lundis 29 février et 11 avril de 14h à 16h
Le vendredi 24 juin de 10h à 16h

Des ateliers de lectures à partir d’un corpus de textes. Chaque participant choisit les extraits qui lui « parlent », nous assemblons ensemble un récit et en composons la trame. Chaque atelier propose une nouvelle traversée dans ces pages. Nous irons enregistrer nos lectures à la radio afin de goûter aussi la voix des ondes ; ici Radio Zinzine Aix nous accueille. Beaucoup des textes ayant trait à la marche et au paysage, ils nous donnent l’envie de re-voir ces paysages. Au printemps, nous irons marcher sur la Sainte Victoire. Marcher et laisser sonner les mots lus et entendus.

SORTIE DE RESIDENCE Là où j’ici | Enquête littéraire
Mardi 28 Juin à 15h
Pour conclure une année de résidence de recherche au 3 bis f, Marie Lelardoux nous livre en plein air son "compte-rendu d’enquête".

  FRANCESCA FOSCARINI
en savoir +
fermer
danse

FRANCESCA FOSCARINIVOCAZIONE ALL’ASIMMETRIA

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mercredi 20 janvier à 15h

ATELIER Pratiques sur le regard dans la danse
Mercredi 13, jeudi 14 et vendredi 15 janvier de 14h à 16h

Résidence de création
- janvier 2015

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mercredi 20 janvier à 15h

Chorégraphie : Francesca Foscarini, Interprètes : Andrea Costanzo Martini, Francesca Foscarini Accompagnement à la recherche : Chiara Bortoli, Musique originale : Andrea Cera, Régie technique : Luca Serafini

Vocazione all’Asimmetria interroge une altérité qui se révéle dans la rencontre de l’autre. Pour Levinas, c’est par cette rencontre que l’on s’extrait de l’anonymat. Notre relation au monde, avant même d’être une relation aux choses, est une relation avec l’autre ; une altérité dont nous ne pourrons jamais avoir une connaissance certaine et qui toujours nous échappe. L’Autre se manifeste comme visage : pas uniquement par sa forme plastique, mais aussi comme possibilité d’ouvrir un mode relationnel particulier et unique.
Francesca Foscarini est chorégraphe et interprète. Par de nombreuses collaborations en Italie et en Europe elle a approfondi un langage, une expréssivité d’interprétation et une expérience de l’improvisation. En 2013, elle a remporte le Prix d’interprétation Equilibrio Rome. De 2003 à 2011 elle est, avec Barbara Todesco, directrice artistique du Centre de formation en danse de Romano d’Ezzelino à Vicenza en Italie.

Production VAN – Partenaires : 3 bis f , CSC Maison de la Danse de Bassano del Grappa, Fondation Fabbrica Europa pour l’art contemporain, Les Brigittines, Belgique, MASDANZA Festival International de Danse Contemporaine des Iles Canaries, TripSpace Projects London, Tanzhaus Zürich.
Résidence organisée en intelligence avec l’Officina - Cristiano Carpanini

ATELIER Pratiques sur le regard dans la danse
Mercredi 13, jeudi 14 et vendredi 15 janvier de 14h à 16h
L’auteure propose de partager les questions qui circulent au cœur de sa recherche :
Comment l’œil peut-il mettre le corps en mouvement ? Et le corps mettre en mouvement les yeux ?
Comment le regard peut-il constituer un pont entre moi (le danseur-la danseuse) et l’autre (le spectateur) ?
Quand le regard se refuse, que trouve-t-on dans cette obscurité ?
Pour la dernière rencontre, il sera proposé d’être spectateur actif, d’assister aux recherches en cours et d’échanger dans un dialogue ouvert avec Francesca Foscarini.

Francesca Foscarini

visuel : © Gabriel Henríquez Déniz

Conférence de presse publique
en savoir +
fermer

Conférence de presse publiquePrésentation de saison avec et par les artistes

Mardi 19 janvier à 13h30

Mardi 19 janvier à 13h30

Nous vous convions le mardi 19 janvier à 13h30 pour une présentation de la seconde partie de saison, où les projets de résidences, d’ateliers, de recherches et de créations seront présentés par et avec les artistes. Un moment convivial de rencontres entre équipes artistiques, publics, professionnels et habitués du lieu pour ce réjouir ensemble du printemps à venir.

Depuis 1983, le 3 bis f, situé dans le Centre Hospitalier psychiatrique Montperrin, développe un lieu de créations contemporaines tant dans le domaine du spectacle vivant que dans celui des arts visuels au sein de son centre d’art. Chaque année, sur des temporalités variables allant de quelques semaines à plusieurs mois, des artistes et compagnies sont invités à proposer et développer des projets dans le cadre de résidences de recherche ou de création pour le lieu. Plusieurs moments de rencontres avec les résidences en cours sont proposés et ouverts à tous les publics (ateliers de pratique collective, échanges avec les artistes, visites, créations - représentations - expositions).

Venir au 3 bis f, c’est œuvrer pour la traversée du mur, prendre en compte les différences, agir pour le décloisonnement, accepter et cultiver sa propre étrangeté.

© Laurent Garbit

Art-temps réel / Lionel Kasparian & Emmanuel Vigier
en savoir +
fermer
Documentaire de création

Art-temps réel / Lionel Kasparian & Emmanuel VigierTerrain de je(u)

ATELIER A quoi tu joues ?

jANVIER/FÉVRIER
Rencontre et présentation du projet :
Mardi 26 janvier de 14h à 16h
Ateliers collectifs :
vendredi 29 janvier, jeudi 4 et vendredi 5 février de 10h à 12h et de 14h à 17h
Rencontres individuelles (sur rdv) :
26, 27, 28 janvier et 1er, 2 et 3 février

MAI
Rencontre et présentation du projet :
Mardi 3 mai de 14h à 16h
Ateliers collectifs :
vendredi 6, jeudi 12 et vendredi 13 mai de 10h à 12h et de 14h à 17h
Rencontres individuelles (sur rdv) :
Les 3, 4, 5, 9, 10 et 11 mai

Création participative - janvier, février & mai 2016

Réalisé par Lionel Kasparian,Emmanuel Vigier et un groupe de 14 personnes Chef-opératrice : Christine Gabory - Monteuse : Agathe Dreyfus
Scénographe : Edith Amsellem

Terrain de je(u) est une composition documentaire poétique et politique qui travaille les représentations des gens de la rue et de la maladie mentale à travers la figure du jeu. Dans un processus participatif, le film est réalisé par deux artistes, Emmanuel Vigier, documentariste et vidéaste, Lionel Kasparian, compositeur de musique acousmatique et un groupe de 14 personnes. Le projet interroge autant les espaces de vie que de jeu dans des villes, qui ne cessent de mettre à l’écart ses exclus. Plus largement, il cherche à rendre compte de la place du jeu dans les processus de construction de l’identité.

Ce projet est mené grâce au soutien du fonds de dotation InPACT - Initiative pour le partage culturel

Partenaires : Région Provence Alpes Côte d’Azur - Conseil départemental 13 - Fondation de France Image de Ville - 3 bis f - Hôpital Montperrin

ATELIER A quoi tu joues ?

JANVIER/FÉVRIER
Rencontre et présentation du projet :
Mardi 26 janvier de 14h à 16h
Ateliers collectifs :
Vendredi 29 janvier, jeudi 4 et vendredi 5 février de 10h à 12h et de 14h à 17h
Rencontres individuelles (sur rdv) :
26, 27, 28 janvier et 1er, 2 et 3 février

MAI
Rencontre et présentation du projet :
Mardi 3 mai de 14h à 16h
Ateliers collectifs :
Vendredi 6, jeudi 12 et vendredi 13 mai de 10h à 12h et de 14h à 17h
Rencontres individuelles (sur rdv) :
Les 3, 4, 5, 9, 10 et 11 mai

Ateliers collectifs (Expérience filmée)
Apportez votre jeu préféré (un ballon, un vélo, une paire de raquettes...) et jouons tous ensemble. Inventons de nouvelles règles et transformons le plateau en un nouveau terrain de jeu.

Rencontres individuelles (Expérience filmée)
Chacun des joueurs que nous sommes est invité à venir dessiner sur la scène du théâtre et sur ses murs le tracé de ses jeux au passé et au présent.

www.a-tr.org

CAMILLE LLOBET
en savoir +
fermer
arts visuels

CAMILLE LLOBETVOIR CE QUI EST DIT

EXPOSITION
Du 28 janvier au 1er avril

Vernissage mercredi 27 janvier de 16h à 21h

CONFÉRENCE de Camille Llobet
Mardi 26 janvier à 18h30
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence

VISITE ET RENCONTRE AVEC L’ARTISTE / Interprétation en Langue des Signes
Samedi 30 janvier à 10h

Résidence de création - octobre 2015 > janvier 2016

EXPOSITION
Du 28 janvier au 1er avril
Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous
Entrée libre
Le 3 bis f est fermé du 6 au 14 février

Vernissage mercredi 27 janvier de 16h à 21h

CONFÉRENCE de Camille Llobet
Mardi 26 janvier à 18h30
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence
Entrée libre dans la limite des places disponibles

VISITE ET RENCONTRE AVEC L’ARTISTE / Interprétation en Langue des Signes
Samedi 30 janvier à 10h

L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau, d’Oliver Sacks décrit un cas pathologique : le docteur P. est incapable de voir les choses dans leur globalité et de les identifier. Son regard circule et se pose sur chaque détail d’un objet, d’un visage sans jamais pouvoir les relier entre eux, se retrouvant « visuellement perdu dans un monde d’abstractions inertes ». Camille Llobet voit dans ce type de modification du regard une approche particulièrement féconde pour interroger le réel et sa perception. Elle se l’approprie comme une posture impliquant une série de gestes et d’expérimentations : description, transcription, codage, fragmentation, agrandissement, etc. C’est ainsi qu’elle explore la perception de la parole et du mouvement par le biais d’expériences mettant en jeu et à l’épreuve différents aspects du « corps parlant » et du « corps filmant », à l’instar de Robert Bresson qui cherchait par une répétition excessive de ses acteurs, un automatisme plus proche de la vie réelle que de sa représentation.
Voir ce qui est dit est une oeuvre réalisée avec Noha El Sadawy, performeuse sourde et Philippe Béran, chef d’orchestre, durant les répétitions de l’Orchestre du Collège de Genève.
La direction d’orchestre et la langue des signes sont deux langages qui n’ont à priori rien à voir : l’un dirige des musiciens, l’autre parle avec des gestes. Ils vivent dans deux mondes antagonistes : la musique et le silence. Il y a pourtant quelques ressemblances entre ces deux figures, ces corps qui parlent : ils partagent à la fois une structure précise, technique, codée, et une grande part d’expression sensible. Leur expressivité exacerbée, rappelle les personnages du burlesque : le chef d’orchestre exagère son expression pour être vu de loin et les mimiques qui accompagnent la langues des signes correspondent à la prosodie du langage parlé.

Cette exposition fait suite au projet de coopération transfrontalière ECHOS - ESAAA - Mamco, 2014-2015

JEANNE MOYNOT & ANNE-SOPHIE TURION
en savoir +
fermer
arts visuels

JEANNE MOYNOT & ANNE-SOPHIE TURION Feu de tout bois

ATELIER Feu de tout bois

Les lundis de 14h à 16h : 1er, 15, 22, 29 février – 7, 14 mars
Les mercredis de 14h à 16h : 13, 27 avril - 4, 11, 18, 25 mai – 8 et 15 juin

Résidence de recherche
- janvier > décembre 2016

ATELIER Feu de tout bois

Les lundis de 14h à 16h : 1er, 15, 22, 29 février – 7, 14 mars
Les mercredis de 14h à 16h : 13, 27 avril - 4, 11, 18, 25 mai – 8, 15, 22 & 29 juin

Du plaisir de « se faire peur » aux peurs incontrôlables, des petites peurs de tous les jours aux grands effrois, la question de la peur est un véritable déclencheur d’imaginaire : chacun a ses propres anecdotes à raconter, ses souvenirs de films ou de livres, ses images gravées. Traverser ensemble les différents stades du processus de création de Frightenight, depuis les recherches documentaires initiales jusqu’à la réalisation finale, en passant par des expérimentations plastiques et sonores, mais aussi l’écriture, le chant, la performance.

Cahin-Caha / Gulko
en savoir +
fermer
Arts vivants

Cahin-Caha / GulkoBottom

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
vendredi 26 février à 15h

ATELIER Jeux de masques, jeux de moi
Lundi 15, mardi 16, mercredi 17,
jeudi 18 et vendredi 19 février de 10h à 12h

Résidence de création - février 2016

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
vendredi 26 février à 15h

Conception, écriture, jeu : Gulko - Mise en scène, co-écriture : Adèll Nodé-Langlois Costumes : Virginie Breger - Scénographie : Christian Geschvindermann
Régie générale, son : Julien Frénois - Éclairage : Lucie Delorme
Administration de production : In’8 circle • maison de production.

Il semble que l’histoire parle de l’Amour, des blessures d’amour qui nous constituent et nous transforment, de la richesse de chaque être, de la part chaotique et de la part ordonnée. L’amour de soi comme une responsabilité face à la vie, ici et maintenant. Un rituel pour disperser les restes, comme on lâcherait les cendres d’un défunt. Se libérer du passé et retrouver une naïveté d’aimer, ouverte et généreuse. Bottom part d’une quête sur la place de l’amour dans une vie. Pas cet amour romantique, idéalisé ou recherché, mais l’amour derrière l’amour de l’autre, celui reflété dans le miroir du bien-aimé, ou résonnant dans la solitude.

Partenaires : ARCHAOS - Pôle Cirque Méditerranée, Marseille - 3 bis f - Cosmos Kolej
La Gare Franche, Marseille - La Grainerie, Toulouse - Daki-Ling, Marseille - Nordic House, Reykjavik, Islande Château de Monthelon, Montréal

ATELIER Jeux de masques, jeux de moi
Lundi 15, mardi 16, mercredi 17,
jeudi 18 et vendredi 19 février de 10h à 12h

Le masque nous libère des façons habituelles d’être pour nous permettre d’évoluer dans un espace autre, hors des codes sociaux. Il est le moyen de porter notre âme à l’extérieur, d’exposer notre beauté « non filtrée », de rendre nos sédiments et bagages visibles. Gulko propose cet atelier de fabrication et de jeu de masques : techniques d’improvisation, jeux, méditation, écriture et mouvement expressif.

visuel © DR

FABRICE PICHAT
en savoir +
fermer
arts visuels

FABRICE PICHATHors là

EXPOSITION
Du 28 avril au 1er juillet
Vernissage mercredi 27avril de 16h à 21h

CONFÉRENCE de Fabrice Pichat
Mardi 26 avril à 18h30
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence

ATELIER Nouveaux nuages
Les mercredis 2, 9, 16, et 23 mars de 14h à 16h

Résidence de création - février > avril 2016

EXPOSITION
Du 28 avril au 1er juillet 2016

Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous | Entrée libre
Le 3 bis f est fermé les 5 et 16 mai


Vernissage mercredi 27avril de 16h à 21h

CONFÉRENCE de Fabrice Pichat
Mardi 26 avril à 18h30
Amphithéâtre de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Fabrice Pichat observe morceau par morceau l’espace multiple. Pour lui, la possibilité d’une œuvre se pense à partir de sa capacité à s’adjoindre un de ces morceaux, à le travailler et le restituer. A ce monde fragmentaire, il faut un point initial, des accroches possibles avec l’immédiat, un enchaînement point à point, un déplacement en zigzag. Chaque œuvre résulte ainsi d’une multitude d’essais qui progressivement découvre un mode d’apparition désignant l’économie propre à une œuvre ainsi que sa relation à un espace. Ses travaux intègrent l’environnement proche ou prennent la forme d’installations, ce sont des inclusions dans l’environnement ou des médianes entre un observateur et un espace. Ses installations récentes participent d’une recherche sur la perception de signaux antagonistes et de leurs coexistences dans un même espace. C’est ainsi que sa résidence de création prend pour point de départ un travail entamé sur la conversion sonore des bris de vitrine dans l’espace urbain.

ATELIER Nouveaux nuages
Les mercredis 2, 9, 16, et 23 mars de 14h à 16h
Comment un signal se construit-il ? Quel est son mode de propagation ? Où est-ce qu’il advient et s’altère ?
L’atelier est une séquence d’improvisation où expérimenter la spatialité des signaux à partir de phénomènes sonores, de dispositifs d’optique ou d’outils de constructions graphiques. Les manipulations portent sur des matériaux choisis pour leurs propriétés à reconduire, renvoyer, ou déformer un signal.

GETHAN&MYLES
en savoir +
fermer
arts visuels

GETHAN&MYLESShooting the breeze

ATELIER Shooting the breeze
Les jeudis de 14h à 15h30 : 3, 10, 17, 24, 31 mars – 7, 14, 28 avril – 12, 19, 26 mai – 9, 16, 23 et 30 juin

Résidence de recherche
- septembre 2015 > juillet 2016

ATELIER Shooting the breeze
Les jeudis de 14h à 15h30 : 3, 10, 17, 24, 31 mars – 7, 14, 28 avril – 12, 19, 26 mai – 9, 16, 23 et 30 juin
Après une exploration collective de la Lumière, gethan&myles reviennent avec un thème tout aussi insaisissable - le Temps. Ensemble, photographier le vent, faire chanter l’orage, exposer la neige, écrire les nuages, peindre avec la pluie... La météo pour nous guider et nous inspirer ; le climat sera notre muse et notre maître. Et qu’il fasse beau ou moche - on va se régaler ! L’idiome ‘Shooting the breeze’ - littéralement ‘tirant sur/filmant le vent’- signifie ‘bavarder/tchatcher’... Petit clin d’œil à notre capacité
à pouvoir parler en toute occasion de la pluie et du beau temps ou objet d’atelier en soi, c’est selon.

JEANNE MOYNOT & ANNE-SOPHIE TURION / CIE LE PARC À THÈMES
en savoir +
fermer
arts visuelsArts vivants

JEANNE MOYNOT & ANNE-SOPHIE TURION / CIE LE PARC À THÈMESFRIGHTENIGHT

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mercredi 30 mars à 15h

OUVERTURE Par le trou de la serrure
Jeudi 24 et Vendredi 25 mars de 14h à 16h

Résidence de recherche - mars 2016

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Mercredi 30 mars à 15h

Conception, scénographie, interprétation : Jeanne Moynot et Anne-Sophie Turion Son : Erik Billabert - Lumière : (en cours) - Regard extérieur : Elise Simonet

Le Parc à Thèmes, est une compagnie créée en 2015 par Jeanne Moynot et Anne-Sophie Turion, respectivement issues de la Villa Arson et de l’École des Arts Décoratifs de Paris. Ensemble, elles créent des projets transversaux au croisement de la performance, des arts visuels et des arts numériques. Pour la création de ce premier spectacle, Frightenight, toutes deux se rencontrent autour de la thématique de la peur et de ses sources. La mise en scène cinématographique de la peur - du film d’horreur en passant par le film noir, le film catastrophe ou de série B - regorge de codes visuels, sonores et narratifs. Immergé dans un continuum de tableaux tantôt inquiétants, tantôt dérisoires, le spectateur suit les pérégrinations d’une figure féminine qui traverse des univers hétéroclites, où se télescopent en toute anarchie les motifs qui composent l’imaginaire collectif.
La peur est explorée sous toutes ses coutures, comme une matière protéiforme aux contours difficilement saisissables. On passe du plaisir de se faire peur à l’angoisse latente, de l’archaïsme de l’enfance à la surenchère du gore, d’images contemplatives à d’exubérantes saillies spectaculaires. Assumant une esthétique du bricolage, les trucages se font à vue tout en cherchant à conserver un certain potentiel de sensationnel. Une façon d’interroger la notion même de spectaculaire, entre plaisir et mise à distance.

Partenaires : Montévidéo, Marseille - Le CentQuatre, Paris - La Ménagerie de verre, Paris (dans le cadre des studioslabs) - Centrale Fies, Italie - Le VIVAT d’Armentières - Les Réalisateurs, sous la direction de Fabrice Hyber, Ecole des Beaux Arts de Nantes Métropole / Audencia - 3 bis f - La Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (FNAGP) - Le CNC - DICRÉAM - AMC Industrie

OUVERTURE Par le trou de la serrure
Jeudi 24 et vendredi 25 mars de 14h à 16h
Porte ouverte sur le travail de création en cours

visuel : ©Claire Soubrier

MARIANNE HOUSPIE & PIERRE LANEYRIE / CIE VOL PLANÉ
en savoir +
fermer
théâtreécriture

MARIANNE HOUSPIE & PIERRE LANEYRIE / CIE VOL PLANÉL’ENFANCE POLITIQUE

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
jeudi 14 avril à 15h30

ATELIER Animal animal
Les lundis et vendredis 4, 8, 11 et 15 avril de 10h à 12h

Résidence de création - avril 2016

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Jeudi 14 avril à 15h30

Jeu : Marianne Houspie - Mise en scène : Pierre Laneyrie D’après le roman l’enfance politique de Noémi Lefebvre

Comment la violence du monde traverse nos cuisines, nos salons, nos chambres à coucher ?
Martine est couchée chez sa mère, ravagée par un événement qu’elle a oublié... Victime d’un « viol politique », Martine ne se souvient plus, squatte le lit de sa mère, regarde des séries, enchaine les TS, les séjours à l’HP, soigne ses PTSD. Elle prend la contre-allée. Doucement elle va remonter la pente. Il sera question de l’Histoire, des bonnes sœurs du Maréchal Pétain de la mère, de l’Algérie du père, de la Corée de l’homme civilisé, de la chimie du cerveau du rat, de la vie des gnous... On croisera un chien, des pompiers, et évidemment la psy.
L’enfance politique est un livre de combat, décapant, jubilatoire, terriblement drôle. Noémi Lefebvre tord la grammaire, attaque la syntaxe et réinvente un parlé redoutable. « La transgression commence par les mauvaises manières » dit-elle. C’est cette voix singulière que nous voulons faire résonner sur un plateau de théâtre.
Juste la guérilla des phrases pour sortir du piège à rats qu’est la langue qu’est la nation qu’est l’oubli.

Partenaires : La Gare Franche Cosmos Kolej - 3 bis f (nous sommes encore en recherche de partenaires de production...)

ATELIER Animal animal
Les lundis et vendredis 4, 8, 11 et 15 avril de 10h à 12h
« Je vois le chien, il me dit qu’il est mort. Il me parle sans mots, de cerveau à cerveau. »
Ce serait quoi une langue chienne ? Et de quoi nous parlerait-elle ? Dans L’enfance politique, on croise aussi les gnous et leur « sens du tragique », le rat et ses traumatismes. Nous choisirons un animal, écrirons son langage pour à travers lui nous raconter ou raconter le monde. Nous expérimenterons sur scène sa présence.

CUBE / CHRISTIAN UBL
en savoir +
fermer
arts visuelsdanse

CUBE / CHRISTIAN UBLSTIL

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
vendredi 1er juillet à 15h et 19h

ATELIER Laboratoire d’inspiration - danse, écriture et arts plastiques
jeudi 7 et le vendredi 8 avril, jeudi 19 et vendredi 20 mai,
mercredi 29, jeudi 30 juin de 10h à 12h

Résidence de recherche - avril, mai & juin 2016

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
vendredi 1er juillet à 15h et 19h

Écriture, chorégraphie : Christian Ubl - En collaboration avec les interprètes :
Marianne Descamps, Séverine Bauvais, Aniol Busquets, Joachim Lorca, Joachim Maudet et 6e danseur (en cours) - Conception costumes : Pierre Canitrot - Composition et musiques : Fabrice Cattalano et un musicien instrumentiste (en cours) - Collaborations artistiques : Fabienne Gras - Lumière : Jean-Bastien Nehr

Après un long cycle de création sur l’identité et le vivre-ailleurs, CUBe porte en 2016 un nouveau projet chorégraphique : STIL, imaginé pour 6 danseurs et 2 musiciens au plateau. Il s’élabore dans une recherche sur le mouvement esthétique du Jugendstil à travers les figures tutélaires de Klimt et Schiele, yin et yang de l’âme autrichienne. À l’aube du 20e siècle, le Jugendstil a également traduit l’éternelle querelle entre les tenants de la tradition, les conservateurs, et ceux de la modernité, les progressistes. D’idées et d’idéaux communs naquit le désir de faire émerger un style s’exprimant dans la diversité plutôt que dans l’uniformité.
Dans un espace épuré, cet opus pourra évoquer une nouvelle bataille à mener, au sens propre et figuré : celle de notre temps où l’esthétique régit trop souvent le monde réel et le monde virtuel. Peut-on établir un parallèle entre l’époque troublée du Jugendstil et la nôtre, creuse et en crise, restrictive et prohibitive, dominée par les préjugés ? Le spectacle vivant sera-t-il demain toujours libre ou glissera-t-il inéluctablement vers le divertissement et la culture de masse ? Où et comment un nouveau langage peut-il s’élaborer aujourd’hui ?

Partenaires : Le CCN, Biarritz - Le Relais culturel régional du Pays de Falaise - 3 bis f - CDC Le Pacifique, Grenoble - Le CND

ATELIER Laboratoire d’inspiration - danse, écriture et arts plastiques
Jeudi 7 et le vendredi 8 avril, jeudi 19 et vendredi 20 mai,
mercredi 29, jeudi 30 juin de 10h à 12h

Christian Ubl propose des laboratoires d’inspiration pour plonger dans l’époque 1895-1917 du Jugendstil, courant esthétique qui a fortement influencé tous les arts et qu’il place au cœur de sa prochaine création. Autour de cette thématique, il invite à associer pratique corporelle, écriture chorégraphique, lecture et ateliers plastiques. Les personnes souhaitant participer sont invitées à venir avec une tenue décontractée. « Traverser et observer l’autre pour devenir soi-même » pourrait être l’un des fils conducteurs et métaphoriques au sein du groupe de chercheurs.

MONTREZ MOI QUELQUE CHOSE QUE JE N’AI JAMAIS VU
en savoir +
fermer
arts visuels

MONTREZ MOI QUELQUE CHOSE QUE JE N’AI JAMAIS VUOuvertures d’ateliers

Ouverture publique des ateliers de recherche
Mercredi 1er juin de 13h à 19h

OUVERTURE PUBLIQUE DES ATELIERS DE RECHERCHE
Mercredi 1er Juin de 13h à 19h

L’accueil d’artistes en résidence repose sur la formule de l’échange d’un espace pendant un temps donné contre le risque consenti de venir au sein d’un lieu sensible et d’être touché davantage par sa propre étrangeté et par sa propre altérité. La résidence de recherche s’inscrit dans la durée. Pendant 11 mois, les résidents de recherche partagent un atelier de 80 m2, ouvrent leurs pratiques sur des temps de rencontres dont ils définissent les modalités, interagissent avec l’équipe et les usagers des lieux, cohabitent avec les résidents de création, mais également avec des chorégraphes, metteurs en scène, comédiens, circassiens, danseurs, musiciens, ingénieurs son, techniciens...
Outre la durée, il s’agit d’une résidence pour développer un travail de recherche sans se voir imposer ni exposition, ni production d’œuvre. gethan&myles sont en résidence de recherche de septembre 2015 à juillet 2016 ; Jeanne Moynot & Anne-Sophie Turion, de janvier à décembre 2016. Les ouvertures d’ateliers sont l’occasion de rencontres et de discussions privilégiées autour des recherches et travaux en cours de ces artistes.

PROTOCOLES MÉTA / JEAN-PAUL THIBEaU
en savoir +
fermer
arts visuelsécritureArts vivants

PROTOCOLES MÉTA / JEAN-PAUL THIBEaUFOLLE SAGESSE ET ART : POUR UNE MÉTA-CONFÉRENCE

ÉTAT DES LIEUX DU PROjET
vendredi 3 juin à 17h

ATELIER Méta-Atelier
vendredi 3 juin de 14h à 16h

Dans le cadre des Matins du Samedi :
samedi 4 juin de 10h à 13h

Résidence de recherche - octobre 2015 et juin 2016

ÉTAT DES LIEUX DU PROjET
Vendredi 3 juin à 17h

Artiste intermédia : Jean-Paul Thibeau - Danseuse, chorégraphe : Isabelle Lasserre Chanteuse improvisatrice : Géraldine Keller - Poète : Joël-Claude Meffre - Photographe Plasticienne : Sylvie Frémiot

Les Protocoles Méta - dispositif nomade de recherche et d’expérimentation artistique - se proposent d’explorer certains rapports entre sagesse, folie et art. La folle sagesse est un registre de comportements dans lequel des maîtres spirituels et des enseignants de certaines traditions telles que des écoles du bouddhisme, du soufisme, du taoïsme, se présentent soudainement sous un jour inhabituel, choquant voire détestable afin de provoquer l’éveil spirituel de tout aspirant qui en est témoin. Elle génère un aspect excentrique que l’on peut retrouver chez certains artistes, écrivains, poètes, danseurs, etc. Elle génère aussi exactement l’inverse, sous des formes plus cathartiques, selon les latitudes et cultures sous lesquelles elle se manifeste. Mais la Folle Sagesse résonne aussi dans nos cultures contemporaines où elle vient questionner la notion de normalité et d’intégration sociale. Le lieu de l’Art est encore un espace où quelque chose de cet écart et de cette amplitude peut s’exercer.

Partenaires : Grands Bains Douches/Artcad, Marseille - 3 bis f - Fondation du Doute, Blois La manufacture Atlantique, Bordeaux - Le Grilo, Lisbonne

ATELIER Méta-Atelier
Vendredi 3 juin de 14h à 16h
Dans le cadre des Matins du Samedi : samedi 4 juin de 10h à 13h : Les rituels d’inversion
Les artistes impliqués dans la session Protocoles Méta proposent d’associer pratique corporelle, pratique vocale et pratique d’improvisation. Les personnes souhaitant participer sont invitées à venir avec : une tenue décontractée, un objet de leur quotidien, un texte, une image de leur choix ou un comportement qui fait écho pour elles
à la thématique.

LES MATINS DU SAMEDI
en savoir +
fermer
Réflexion sans gravité

LES MATINS DU SAMEDIRéflexion sans gravité

Samedi 4 juin de 10h à 13h

Samedi 4 juin de 10h à 13h

Un rendez-vous le samedi matin de 10h à 13h pour ensemble débattre, converser, controverser et traverser de façon ludique
les graves questions d’Art, de Psychiatrie et de Citoyenneté. Une réflexion sans gravité mais pas en apesanteur. Pour cette saison, la Folle Sagesse sera le fil conducteur sous l’impulsion de Jean Paul Thibeau et des artistes du projet Protocoles Méta.
Entrée libre et bienvenue sur inscription.

COLLECTIF ÉTAT D’URGENCE
en savoir +
fermer
arts visuelsdanse

COLLECTIF ÉTAT D’URGENCEDITES À MA MÈRE QUE jE SUIS LÀ

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
vendredi 17 juin à 15h

CONFÉRENCE d’Amanda Da Silva
Mardi 14 juin à 19h

ATELIER La danse commence avec ce que nous sommes
Mardi 14 juin de 14h à 16h

Résidence de création - juin 2016, dans le cadre du dispositif TRIDANSE

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
vendredi 17 juin à 15h

D’après les recherches d’Amanda Da Silva - Dramaturge : Martine Cendre Scénographe, plasticien, régisseur général : Sébastien Pin - Danseurs : Camille Blanc, Yoann Boyer - Acrobates : Anthony Lefebvre, Edouard Doumbia - Auteur du blog Passeur d’hospitalité : Philippe Wannesson

Dites à ma mère que je suis là se propose d’adapter, d’interpréter et de partager - tant corporellement que visuellement - une matière réflexive habituellement inaccessible au plus grand nombre : des données et questionnements scientifiques d’Amanda Da Silva, chercheuse en migrations internationales. Le projet, qui réunit spectacle, conférence
et ateliers, propose à chacun d’éprouver une expérience singulière autour de la question de l’immigration. Dans une démarche centrée sur l’échange et la rencontre, les corps des interprètes transcrivent dans un langage qui tend à l’universel, les problématiques de
frontières qui séparent notre humanité. Sur scène, un plasticien bâtit les frontières, limite les chemins. Un travail d’images documentaires transpose d’autres lieux, témoigne du réel. La proposition artistique se positionne ici comme lieu d’enrichissement réciproque, d’apprentissage et d’ouverture dans la relation à l’autre et au monde. Elle s’affirme également en opposition aux thèses visant l’exclusion, le repli identitaire ou le populisme. Elle se propose de déplacer le théâtre aux frontières de l’intime et du politique. Une perspective où la culture et la science se rejoignent afin de dessiner de nouvelles perspectives entre les groupes sociaux.

Coproductions : Le Citron jaune, Centre National des Arts de la Rue, Port St Louis du Rhône - La Passerelle, scène nationale des Alpes du Sud, Gap - 3 bis f - Le Vélo théâtre, Apt - Le FLOW, centre européen des cultures urbaines, Lille
Soutiens : Le Channel, scène nationale de Calais - Le Bateau Feu, scène nationale de Dunkerque Les Maisons Folies Wazemmes et Moulins, Lille - Le CEDEM, Liège

CONFÉRENCE d’Amanda Da Silva
Comment construisons-nous les frontières ? Une étude sur la sécurisation de l’immigration en Europe
Mardi 14 juin à 19h
Amanda Da Silva, chercheuse en migrations internationales, analyse les politiques migratoires de l’Union Européenne, à travers la notion de « sécurisation de l’immigration ». Ce courant théorique vient de l’école d’études critiques de la sécurité et a pour concepts centraux : menace, sécurité et frontières. Par la notion de sécurisation, l’immigration est conceptualisée par la communauté politique comme une source d’insécurité. Des frontières sont érigées pour protéger une société où les discours et les politiques migratoires restrictives cristallisent l’image de l’immigrant en tant que menace. Cette recherche révèle que l’absence d’accueil de la part des États et le manque d’information généralisé servent la construction de camps où les réfugiés sont à la merci du marché de l’immigration clandestine et de la violence.

ATELIER La danse commence avec ce que nous sommes
Mardi 14 juin de 14h à 16h
Une danseuse et un acrobate de la compagnie partagent le processus de création du spectacle Dites à ma mère que je suis là. Dans un croisement des cultures, celles du cirque, du théâtre et de la danse, explorant le corps comme outil de langage universel, l’atelier garde en toile de fond les notions d’échange et de bienveillance à l’égard de l’autre. Il s’agit d’utiliser les différences de chacun pour avancer ensemble,
en groupe. Le travail s’élabore à partir d’improvisations explorant des thèmes, des mots clés, des verbes d’actions issus de la création.

Consulter le Blog Passeur d’hospitalité - de Philippe Wannesson : Ici

visuel ©MartineCendre

PIANOANDCO
en savoir +
fermer
Musique

PIANOANDCO CROSS BY [ Nathalie Négro & Isabelle Anvers ]

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
jeudi 30 juin à 15h

ATELIER Musique répétitive
Lundi 20 juin de 10h à 12h et de 14h à 16h

Résidence de création - juin 2016

PRÉSENTATION D’UNE ÉTAPE DE TRAVAIL
Jeudi 30 juin à 15h

Co-direction artistique : Nathalie Négro & Isabelle Arvers - Piano : Nathalie Négro - Jeu vidéo : Isabelle Arvers - Création vidéo : Renaud Vercey - Régisseur son : olivier stalla - Régisseur lumière : sarah marcotte

Cross by s’appuie sur la rencontre entre musiques répétitive et minimaliste et "machinima" (films réalisés avec des jeux vidéo), et croise séquences de jeux vidéo prémontées, captations vidéo en temps réel, musique, performance interactive et installation visuelle et sonore.
Le lien très étroit entre image et musique tend à créer une expérience immersive et contemplative dans la forme hybride d’un espace virtuel à habiter dans l’espace réel. Chaque son, chaque rythme est représenté visuellement par l’utilisation d’un moteur de jeu, et permet au public d’expérimenter physiquement les notions de dédoublement, d’éloignement, d’errance, d’altérité, et d’être aux choses. La forme évolue ensuite dans un espace de no man’s land, accompagné par les musiques de Steve Reich, John Cage et Arvo Pärt.

Coproduction : Théâtre des Salins - scène nationale de Martigues, Conservatoire de musique et danse Pablo Picasso de Martigues, 3bis f
Soutien : Bateau Feu - scène nationale de Dunkerque, Kareron - structure de diffusion et de production de digital art.

Site PIANOANDCO

ATELIER Musique répétitive
Lundi 20 juin de 10h à 12h et de 14h à 16h
La musique répétitive, fil conducteur de la création Cross By est abordée ici par le geste et le mot. Le mouvement répétitif associé à la percussion corporelle aboutit à l’interprétation d’un extrait de Clapping music de Steve Reich. Des « réservoirs de mots » choisis par les participants sont répétés en rythme, scandés, chuchotés, murmurés, criés à plusieurs voix.

ROMANE PINEAU | PRODUCTION UNIVERSITAIRE
en savoir +
fermer
théâtreen ce moment

ROMANE PINEAU | PRODUCTION UNIVERSITAIREVOUS VOUDRIEZ TOUT VOIR

PRESENTATION D’UNE ETAPE DE CREATION
VENDREDI 8 JUILLET A 15h ET 19h

D’après La maladie de la mort de Marguerite Duras
Mise en scène par Romane Pineau

Comédiens : Léa Delaisse, Estelle Gilly, Arthur Morvan

Dans le cadre d’un partenariat avec l’Université Aix - Marseille , le 3 bis f accueille en juillet Romane Pineau pour la conclusion de son Master professionnel « Dramaturgie et écritures scéniques ».

« Un homme rencontre une femme au hasard : il la payera pour venir passer chaque nuit chez lui. Désirer une femme, la regarder, la toucher, vouloir la posséder, jusqu’à la tuer, la détruire et la faire disparaître. Comment cela peut-il advenir ? C’est là ce que cet homme veut comprendre, et c’est également ma quête.

Comme ils rentreraient dans la chambre de ce couple, les spectateurs entrent également en scène et encerclent les acteurs. Personne n’échappera aux regards. »

Romane Pineau mène ici une expérimentation intime et corporelle au travers d’un dispositif circulaire.

Visuel :
Egon Schiele, Crounching nude in shoes and black stockings, back view / Nu accroupi en chaussures et bas noirs, vue de dos, 1912, aquarelle, gouache et graphite sur papier, 48.9 x 32.1 cm, The Met, New York
© Bequest of Scofield Thayer, 1982

14 juillet 16
en savoir +
fermer

14 juillet 16PERDEZ LE NORD

43.520935N / 5.440713E
PERDEZ LE NORD

Parce que pour se perdre, il faut partir d’un point connu, rendez-vous au 3 bis f (43.52 N / 5.44 E) pour célébrer une fête nationale d’un nouveau genre, ou plutôt de tous les genres, avec des propositions artistiques à en perdre la raison, pour emprunter des chemins de traverse, se laisser guider, s’égarer ensemble, et finalement se retrouver autour d’un banquet, puis sur le dancefloor...

Pour conclure ensemble une année partagée.

Avec
Cahin Caha, l’Auguste théâtre, SiC.12, gethan&myles, Zou Maï Prod, les Protocoles Méta, Nouveaux Regards, Jeanne Moynot, Anne-Sophie turion, Terrain de je(u)
Camille Llobet et Noha el Sadawy, Cie émile saar et Clémentine Carsberg, Dominique Perin et Fabrice Pichat, l’Âne à Nageoires, Yoann Boyer et Pina Wood + Guests

18h Ouverture
3 parcours & melting-pot artistique entrée libre - ouvert à tous

20h30 Banquet [10€]
Très prisé ! Prévente indispensable sur place
ou en ligne ici

22h Dancefloor

Preventes