Un centre d’art et une fabrique des arts vivants dans un espace d’hospitalités

Menu

ARTISTES EN RÉSIDENCES

VIMALA PONS

Résidence de création | avril 2024  
Rainer & Erain

Vimala Pons se définit elle-même comme « spécialiste de qu’elle ne sait pas faire » : actrice de cinéma, circassienne, conférencière, musicienne amatrice, performeuse, elle a récemment conçu, réalisé et joué Le Périmètre de Denver, une performance burlesque qui peut rappeler, en 2022, l’art du changement à vue tel que l’avait inventé pour le cinéma Méliès. Née à Paris, ayant grandi en Inde, formée entre autres au CNAC et au Conservatoire d’art dramatique, elle est remarqué au cinéma, à travers le cinéma indépendant (Peretjatko, Mandico, Podalydès, Kasmi, Salvador, Betbeder) et chez des réalisateurs phares tél que Resnais, Rivette, Garel, Verhoeven.

Son dernier film, Vincent doit mourir de Castang, remarqué à Cannes, sortira en novembre. Son activité d’interprète continue car elle tournera 4 films en 2023 (Kurosawa, Tardieu, Jodorowsky, Rodenbach, Zady, Cosmes). 

Interview octobre 2023 :

1)    F comme ? 

F comme Maurice Dugowson. 
Sinon F comme force fabulatrice. Donc FF. 
La force fabulatrice est très proche du mensonge. C’est la force créatrice. La différence est le pacte fait avec l’auditoire. Le mensonge c’est rétablir l’équilibre de ce qui est trop insatisfaisant dans nos vies c’est se donner les outils de réécrire les choses comme cela nous convient. Et la force fabulatrice c'est ce qui a crée l'Humanité: se relier ensemble autour de mythes, de croyances, de systèmes de symboles... c'est-à dire transposer le réel pour le sublimer: raconter des histoires. Cependant, la force fabulatrice convoque un pacte fictionnel très clair, alors que le mensonge non. C'est la grande différence. D'autant plus à l'heure actuelle nous avons besoin de fictions assumées car les contours de la réalité sont de plus en plus floue (deep fake, infox, intox, fake news..) On arrive dans une ère ou une vidéo ou une photo ne constitue plus une preuve et ou le rapport à la parole est plus ou moins anéanti, et ce qui fait un état de droit c'est le pouvoir performatif de la parole. Le pouvoir de fiabilité. De confiance entre ce que dit quelqu'un et ce qu'il fait. Et finalement, c'est aussi la même chose en amour ou en famille. 
 

2)    Quelle est la genèse du projet ?
Thomas Pynchon/Un conseiller pédagogique/un séjour d’une semaine et demi à Lariboisière en neurologie/Rire et Chanson

3)    Pourquoi le 3 bis f pour ce projet ?

Parce que Jasmine Lebert. C’est un projet que je veux faire depuis longtemps cependant je n’avais jamais trouver de collaborateurs-trices qui me proposent ce que Jasmine m’a proposé. Le rapport de l’art et de la santé nécessite une vraie passerelle si on ne veut pas arriver selon moi à des résultats complaisants, ou obscènes ou tout simplement ratés. Rencontrer quelqu’un qui cherche et s’interroge à la frontière de ces deux mondes est très rare et c’est ce qui m’a décidé à entrer en écriture. Donc Jasmine Lebert et le 3bisF, c’est le déclencheur. 

4)    Comment travailles-tu?

Très bien toute seule, très mal si pas entourée par mon équipe. 
J’écris par couches, par strates, par signes, et surtout d’abord par le son. 
Le processus est souvent le suivant:
Des images m’obsèdent sans raison. Je les recueille sans juger, je note tout. L’obsession dépouillée de pourquoi. Cette étape place des points d’encrages. Puis je relie les points par des outils narratifs qui apparaissent et qui changent la couleur de ces obsessions. Puis je compose le tapis sonore puis les mots. Ensuite je reviens au point de départ et je repasse à travers ce parcours inlassablement. 

5)    Comment cohabites-tu avec ta folie ?

Avec humour sinon très mal.

6)    Vers où regardes-tu ?

Vers la mort. Vers la mer. Jamais en arrière. 
PERFORMER LES ÉTATS-D'ÂMES
étape de création | jeudi 18 avril 2024 à 17h
Performance
voir l'événement
PERFORMER LES ÉTATS-D'ÂMES
Sessions | 6, 10 & 13 avril 2024 de 15h à 16h
Performance
voir l'événement
Partager